Archives quotidiennes : 20 février 2011

Carrefour et Danone ne peuvent pas aider les pauvres ?

Oui c’est un billet sponsorisé, je fais mes courses chez Carrefour et j’achète même des produits Danone.

Petit billet pour exprimer mon étonnement vis à vis de quelque gens de gauche (je dis de gauche parce que ça a un intérêt ici, pas juste pour dire qu’ils sont de gauche) qui n’ont pas voulu participer à l’opération 1 billet publié = 10 repas offerts.

« On en est à un point où on est obligés de faire appel aux dons de personnes privées pour nourrir et soigner les gens en France alors que l’économie est florissante et que nous sommes toujours la 5 ou 6ème puissance financière mondiale, assurant la Présidence du G20. »

Quand bien même ce ne serait pas aux Français (personnes privées ?!) d’aider les Français pauvres, pourquoi, là, quand il y a une opération qui ne nous coûte rien et qui aiderait beaucoup, il faudrait la refuser ?

Il faut arrêter de voir le grand méchant dans Carrefour et Danone. Qu’ils aient des enfoirés à leur tête, peut-être, il n’empêche que l’opération est bien réelle. Nicolas pense que c’est cautionner un système qui remplace la solidarité nationale par la charité. Je ne pense pas.

Je pense qu’il y a les travaux de l’Etat, pour aider le peuple, et les travaux du peuple, pour s’aider lui-même. Je pense qu’une vraie solidarité nationale, ce n’est pas celle qui est écrit dans la loi, c’est celle dont les gens font preuve au quotidien sans y être obligé, sinon, c’est de l’hypocrisie nationale.

A quoi bon forcer les gens à aider leur prochain s’ils ne le veulent pas ? Certes l’idéal -utopique- serait que nous vivions dans un monde rose et bleu où tout le monde s’aime et tout le monde accoure pour aider celui qui a besoin d’aide. Mais ce ne serait pas du tout en adéquation avec la mentalité humaine -que l’on peut changer me direz vous, par un lavage de cerveau oui…-. L’homme a le droit d’être égoïste. L’homme a le droit de se moquer de son voisin. Voire même de le regarder s’enfoncer dans la pauvreté sans agir. C’est sa liberté. Une liberté à laquelle on a pas le droit de toucher. Par contre, que cet homme s’attende à ce qu’il se passe la même chose pour lui. L’homme a surtout besoin de la société, à lui de juger à quel point, à quel degré veut-il y participer (c-a-d à quel niveau place-t-il ses propres attentes), mais la société, c’est avant tout un outil, un moyen, ça ne remplace pas tout.

On peut facilement déboucher sur une réflexion sur la société, son but, son devoir ; Locke, Hobbes et Rousseau ont déjà donné leur point de vue. Ce n’est pas le sujet du billet.

Le sujet, c’est que quand on a envie d’aider, et qu’on nous donne un moyen d’action telle que cette opération, il ne faut pas hésiter. Ce qui ne veut pas dire qu’on cautionne quoique ce soit. Ce qui n’empêche pas de se battre sur un autre tableau (le « liberalisme économoque » si vous voulez). Ça n’est pas contradictoire.

 

Publicités

14 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

Mettez du Google dans votre titre !

et du soleil dans votre vie !

Hier, j’ai eu la très bonne idée de parler du Doodle de Google sur Brancusi. Résultat : 992 vues ! Un record absolu depuis la création de ce blog.

J’en déduis que parler du Doodle du jour, et surtout, en faire un titre de billet, ça apporte des visiteurs, plus que Justin Bieber même !

 

Vous savez désormais quoi faire.

5 Commentaires

Classé dans Éclairs d'en haut