Archives de Tag: PS

C’est la rentrée des classes à La Rochelle

Et l’on se demande encore pourquoi La Rochelle accueille chaque année l’université d’été du Parti Socialiste : parce que c’est la plus grande cour de récréation pour socialistes de France.

L’actuel pièce qui s’y joue en témoigne.

Valérie Trierweiler serait donc, si j’emprunte l’expression de Kassovitz (destinée à Morano mais qui s’adapte très bien) « une conne ».

François Hollande avait miné le terrain de jeu Twitter, sa compagne serait-elle la première à avoir posé le pied au mauvais endroit ?

@valtrier

Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’ années dans un engagement désintéressé.

Certains diront que ce n’est rien, que ce n’est qu’une réaction personnelle (comme le « Ferme bien ta gueule » de Nasri), d’autres, féministes, diront que c’est magnifique une femme qui parle sans demander l’avis de son mari. Mon avis sur la question, c’est que la soi-disante union du Parti Socialiste autour de François Hollande, et toutes les salades que les Français ont manifestement gobées durant la campagne commencent à se faire manger par les escargots (les salades, pas les Français). Valérie, qui ne supporte pas Ségolène, nous propose l’ultime épisode de Desperate Housewives, et l’union se désagrège. Ne parlons pas non plus du soutien du Président à son ex-femme, lui qui avait pourtant déclaré ne plus s’occuper des affaires du PS…

Jamais les égos sur-sur-dimensionnés des socialistes ne disparaitront, quelles preuves vous faut-il encore (rappelez vous la Martine boudeuse de ne pas avoir été nommée 1er ministre) ? Et vous êtes donc prêts à laisser ces enfants de primaire faire de l’Assemblée Nationale leur nouvelle cour de récré ? Laissons les à la Rochelle, et votez (de manière) à droite !

Commentaires fermés sur C’est la rentrée des classes à La Rochelle

Classé dans Éclairs orphelins

La belle hypocrisie de François Hollande et des socialistes

Le dernier billet partisan sur ce blog date un peu, l’élection n’est pas si excitante que ça à commenter, certains se chargent de nous en dégoûter (médias et blogs) et la subjectivité (légitime quand elle n’est pas poussée à l’extrême) ne peut que nous pousser à prendre de la hauteur et à observer avec une certaine impuissance, et un certain dégoût.

Mais là, j’avais envie de prendre le clavier. Il y a deux choses assez frappantes qui me marquent ces derniers jours.

1- Le lynchage de DSK par son propre camp (avec l’anniversaire de Julien Dray – dont on se fout, avouons-le) est risible. Ces mêmes socialistes qui le défendaient à l’époque de l’affaire Diallo et qui disaient « attendre le jugement » pour se réjouir de son issue, ces socialistes qui, à force d’essayer de remettre au coeur de la campagne les affaires Sarkozy (comme le possible financement de sa campagne par Kadhafi), se mangent le retour de la pédale et se voient dans l’obligation, pour faire bonne figure, de lui cracher à la figure. Bel esprit. Bel esprit d’équipe. Beau retournement de veste.

2- L’appel de F. Hollande au rassemblement. Ça pourrait être drôle s’il n’était pas le probable futur président. Comment un homme se revendiquant de Gauche, pour la Gauche ( » La gauche, si je suis élu dimanche, sera pleinement associée à la responsabilité du pays. »), et critiquant sans réserve les riches pourrait-il rassembler les Français ? A moins que les Français ne soient tous socialistes ? Comment le leader d’un camp qui a décidé de faire flotter dans le ciel de ses meetings des drapeaux socialistes (et non français, comme on peut l’apprécier dans ceux de Nicolas Sarkozy) peut-il représenter la France ?

(suite à la remarque de Nicolas en commentaire, voici une vidéo qui montre le meeting, vous apprécierez effectivement les drapeaux dans les mains d’Hollande… quoique ça jure un peu sur le fond blanc et rose des centaines de drapeaux du PS…)

Alors que je perdais un peu de dynamisme pour ce deuxième tour, voilà qui vient confirmer ce choix que j’avais déjà fait : ne pas voter pour François Hollande, voter pour Nicolas Sarkozy.

8 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

La bataille Sarkozy/Hollande à coups de vidéos

VS

On a beau dire, la vidéo du discours de Villepinte est bien supérieure à celle du changement. On voit sur Twitter défiler les hashtags #UMPanique et autres, j’attends de voir quand le PS pourra rivaliser sur ce point.

Commentaires fermés sur La bataille Sarkozy/Hollande à coups de vidéos

Classé dans Éclairs d'art

Le changement, c’est flippant

Je ne comprends pas. Je ne comprends pas le mec du PS qui a l’idée de génie de trouver un signe du changement aussi pourri. Je ne comprends même pas qu’il ait eu l’audace de le présenter aux autres, et pire, qu’ils l’aient accepté.

Sincèrement, ça ne ressemble à rien. Et je ne dis pas ça pour Romain et Yann qui s’y sont adonnés aussi. Ça ressemble à ces pratiques bizarres que l’on trouve sur Internet, comme le planking.

C’est profondément ridicule !  Et du coup c’est sacrément drôle de les voir s’agiter comme des poseurs de parquet faisant la démo de leur nouvelle technologie coulissante !

 

 

9 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

Pourquoi stopper le nucléaire ?

La question du nucléaire est au coeur de la discussion entre le PS et EELV. L’un s’oriente vers une réduction, l’autre un abandon total. Et pourquoi ne pas rester comme aujourd’hui ?

La France est le pays qui compte le plus sur ses centrales puisque plus de 70% de l’électricité produite provient du nucléaire(voir graphique de l’IAEA plus bas).

Ce que propose EELV, c’est de passer aux énergies renouvelables, principalement l’éolien et le solaire. Et quand on regarde le premier argument souvent souligné par ces individus, on se rend compte qu’il n’en est pas un. Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima ne sont pas des arguments. Les centrales françaises ne sont d’ailleurs pas du tout construites comme l’ont été ces deux là. Il suffit de lire le premier paragraphe de Comprendre la question du nucléaire sur le site écolo pour s’apercevoir qu’ils tentent d’instaurer une psychose de l’atome, une psychose injustifiée. « En terme de sûreté, le risque zéro n’existe pas. Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima en sont un triste exemple. La France est le pays qui possède la plus grande concentration de réacteurs nucléaires dans le monde. Il est à craindre que ce soit le prochain pays qui connaisse un accident majeur. »

Si l’on ne raisonne que par les accidents déjà survenus, on peut abandonner nos moyens de transport, on peut aussi abandonner nos usines du secteur chimique. Est-ce que cela fait partie du programme d’EELV ?

Envisageons l’abandon pur et simple du nucléaire (la proposition d’Hollande est bizarre, réduire la part du nucléaire réduit la probabilité de l’accident, pas sa gravité). Il faudrait le remplacer par de l’éolien et du solaire principalement. David Barroux et Rémy Prud’homme, des Echos, rappellent que ce sont des sources de productions intermittentes. Aucun territoire de la métropole n’est baigné 365 jours par le soleil, ni même par le vent, et nous ne savons toujours pas stocker l’électricité en grande quantité sur de longues durées. Il n’y a que l’éolien marin qui puisse fonctionner nuit et jour.

Ce qui veut dire qu’il faudra aussi renforcer notre production d’électricité par l’énergie fossile (gaz, charbon,…). En sachant que le gaz, c’est la Russie qui le contrôle. Tout cela à un coût. (et ne parlons pas du bilan carbone…).

(source : Les Echos)

Le deuxième scénario est celui d’Hollande. Il coûterait 60 milliards de plus que notre mode de fonctionnement actuel (le scénario de Joly coûterait lui 112 milliards de plus).

Il est très compliqué d’avoir des chiffres viables dans ce domaine, notamment pour les emplois : deuxième point majeur de la question. Pour les écolos, passer aux énergie renouvelables créerait des centaines de milliers d’emplois si je cite Seb Musset, 600 000 en plus de ceux qui travaillent sur le nucléaire si je cite Joly. Pour Proglio, PDG d’EDF, ce serait surtout 400 000 emplois détruits directement et 600 000 de plus mis en péril (Le Monde). On peut citer le cas de l’Allemagne, mais ce serait oublier que la part du nucléaire dans sa production d’électricité n’était pas du tout du même ordre.

78,5% pour la France contre 31% pour l’Allemagne (source : http://www.iaea.org/)

Au final, si l’on se remémore les différents points : impossibilité de l’éolien et du solaire de supplanter complètement le nucléaire, hausse du coût de l’électricité pour les foyers et les entreprises, et impossibilité de chiffrer les conséquences sur les emplois, il parait clair que la sortie du nucléaire ne semble pas un bon choix. Quant à réduire à 50%, si cela semble plus correct, on peut toujours se demander, « et pourquoi ne pas continuer tout simplement ? ».

14 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins