Archives de Tag: programme

Tout est toujours question de programme

Je voulais faire un bel article, avec peut-être même une lettrine dorée, des angelots virevoltants et une calligraphie impeccable. Un truc profond aussi, mêlant habilement actualité, philosophie et politique. Et puis l’envie est passée, et cela semble être un reflet de la blogosphère de ces temps.

Nicolas Hulot, en annonçant qu’il se présenterait à la Présidentielle, a fait pas mal de bruit. Il faut dire que les gens en avaient marre de la Libye et de Fukushima, à peine la Côte d ‘Ivoire arrivait-elle à capter quelques secondes de leur attention.

Les gens trouvent cette déclaration ridicule, d’autres pensent qu’elle discrédite le mouvement écolo, ou que le personnage n’a pas la carrure. Ces gens, ce sont des blogueurs politiques, qui étudient, commentent et analysent la politique politicienne. Des gens qui parlent quotidiennement des Aubry, DSK, Sarkozy et Le Pen, alors quand vous faites arriver dans leur sphère un personnage non-politique mais très charismatique, car très médiatisé par exemple, ça les embête. Parce que chacun de ces blogueurs a déjà misé sur son poulain, a déjà misé sur les forces en présence, officiellement déclarées. Quand un challenger arrive, un challenger qui séduit ceux qui justement n’attachent que peu d’importance à la politique, ils se sentent lésés.

C’est exactement le cas avec Nicolas Hulot. Je trouve moi aussi sa candidature rigolote, je pense moi aussi que mettre un animateur télé à la tête d’un mouvement, c’est un peu gros. C’est parce que pour moi aussi, le jeu était fait, les jetons placés.

Il y a un sacré problème en France, enfin, je ne sais pas si c’est un problème du coup, puisqu’il y a peu de chances qu’une majorité des gens soit d’accord avec : les Français, désintéressés par une politique toujours plus politicienne qui ne sert que de théâtre à la grand bataille des partis, préfèrent voter pour des personnes charismatiques et connues plutôt que pour des politiciens.

Jürgen Habermas, philosophe allemand dont je vous avais déjà parlé, à l’occasion de la loi sur la burqa, dit ceci« à la lumière des évènements actuels, il est une autre tendance qui me paraît tout aussi préoccupante : l’inclination à préférer des figures non-politiques sur la scène publique, qui renvoie à un trait fort suspect […], le rejet des partis et de la politique des partis. » Il parlait de son pays dans cet article. L’Allemagne connait la même chose que la France.

De ce fait, être un blogueur politique, et s’occuper de ce qui se passe dans la sphère politique reconnue, c’est à peu près être sûr de taper à côté des préoccupations des Français en terme de politique.

Nicolas Hulot ne faisait pas de politique, et c’est pourtant son programme, Ushuaia Nature, qui est le plus connu et le plus apprécié des Français, ceci explique cela.

5 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

« Car c’est comme ça que j’imagine un monde parfait »

Les paroles sont tirées de la chanson d’Ilona, ça ne vole pas très haut non.

Melclalex vient de publier les résultats d’un sondage qui testait les Français (enfin 1152 d’entre eux) sur le programme du PS. Il leur était demandé s’ils le trouvaient cool en fait. Du genre « Pour chacune des mesures suivantes, dites-moi si vous seriez favorables ou non ».

A 70%, les Français sont favorables. Ça tombe bien, ce résultat n’a aucune valeur, ou plutôt, il ne vaut rien politiquement.

Ce sondage demandait donc au gens s’ils étaient favorables à ce que les salaires soient encadrés. Soyons francs, la probabilité qu’il y ait eu sur ces 1152 sondés un cadre ou un patron qui puisse être touché par cette mesure doit sensiblement avoisiner zéro. Résultat, les gens sont plutôt favorables, favorables à ce que ceux qui sont au dessus d’eux ne s’en mettent pas plein les poches. Ont-il pensé à la mesure ou à leur petit cas quand ils ont répondu, ont-il pensé à ce que voulait dire encadrer les salaires de 1 à 20 dans les entreprises dans lesquelles l’Etat est présent ? Savent-ils combien de personnes seraient touchées ? Non. Mais la mesure sonne bien. Ça s’appelle de la démagogie.

De même pour la TVA écolo-modulable. Les gens viennent de se prendre une bonne grosse claque médiatique à base de respect de l’environnement, de retour à la charrette et de « le nucléaire c’est mal », alors glisser une petite mesure qui sonne écolo, on se sent tout de suite un peu acteur d’Ushuaia Nature après ça. Ont-ils réfléchi à comment cela pouvait s’appliquer ? Quels produits seraient touchés ? Comment cette taxe affecterait leur porte-feuille ? Non, m’est avis qu’ils en sont restés à la consonance écolo-responsable de la mesure, histoire de pouvoir encore se regarder dans le miroir quand ils s’aspergeront de déo. Et tout le monde le sait, les déo, c’est écolo-responsable aussi.

Faut-il parler des 300 000 emplois jeunes qui sortiront du chapeau du candidat socialiste ? Qui serait contre ? Demandez à un curé s’il veut des sous…

Il ne leur a apparemment pas été demandé de juger la mesure sur le rapprochement des universités et des grandes écoles. C’est dommage, ils auraient certainement pu donner leur avis en connaissance de cause, car les enjeux, comme pour toutes les autres mesures, ils doivent bien les connaître ; car les manières d’appliquer ces idées, ils doivent les avoir approfondies.

Bref, un programme démago qui sent bon la rose, le cocktail à la papaye et le sable chaud, il aurait été surprenant que les gens ne le soutiennent pas…

Le seul « résultat » que l’on peut tirer de ce sondage, c’est que beaucoup de Français seront prêt à voter PS pour ce programme, je ne crois pas que l’on doive se réjouir…

L'image est de H16, vous l'aurez reconnu

(qui a le droit a son lien quand même, d’autant que j’ai adoré sa manière de démonter le programme)

15 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

Le programme du PS 2011, dans la lignée des autres

La Rose tire la gueule

Elle tire la gueule, la Rose

Je me rends compte que je n’ai peut-être pas été assez dur avec l’avant-première d’un extrait du programme du PS. J’en ai pas dit du bien, mais j’aurais peut-être pu être plus acide.

Par exemple, j’aurais pu comme Yann ou Corto insister sur le fait que dans notre grande république du Bisounours où, rappelons le, tous les jours, les ouvriers, les syndicats, se plaignent du chômage, de la précarité des emplois et de toutes ces terribles choses qu’un Bisounours en bonne et due forme se doit de combattre au péril de son poil lustré, 300 000 emplois jeunes en un claquement de doigt de deux ans, c’est… marrant ? Enfin, quand on sait que ces gens veulent quand même la place dorée en forme de trône lyriquement intitulée « Elysée », on peut honnêtement se demander si c’est marrant.

Faisant fi de toute attente du projet définitif, j’aurais pu critiquer ce recyclage de petit joueur comme le signalait Melclalex, preuve qu’au PS, on ne change pas une méthode qui ne gagne pas et qu’on persévère dans la voie qui « nous » coûte les élections nationales.

Ou je pourrais simplement me contenter d’admirer, l’oeil pétillant, que si l’on rigole de la nouvelle division que connaît la Droite -enfin la Droite, l’UMP plutôt-, le PS n’est pas en reste à l’image d’un Montebourg (qui n’a pas été séduit par le programme faut-il le préciser) qui semble vouloir toujours plus faire cavalier seul, à l’image d’un Hollande bien décidé à se présenter aux primaires, histoire de grossir les rangs des avides de pouvoir, et d’un DSK, hummmmmm, toujours autant mystérieux qu’on pourrait faire de ces primaires un thriller angoissant !

J’aurais pu, oui, mais aujourd’hui, je me contenterai de souhaiter un très bon anniversaire à Homer, qui passe le cap de la trentaine !

Bon Anniversaire Homer

Et puis, une petite note Wikio puisque Virginie, leader devant l’éternel du classement Multi (en repassant devant Topito), me fait l’honneur de m’apprendre que je suis 17ème, et que je garde donc malgré un mois moins intense la même position. Bravo à nous tous.

5 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

Le projet sérieusement de la Gauche sérieuse

On ne rigole pas au PS.

Voilà, Martine Aubry a sorti le programme du PS, cette espèce de bête noire qui lui valait tant de critiques. Je ne l’ai pas lu, j’ai lu quelques articles qui en parlait, et notamment des 20 mesures phare. Je ne vais pas vous faire les 20, seulement quelques uns.

Encadrer les salaires. Dans les limites de 1 à 20, ce qui signifie je suppose que le patron ne peut gagner plus de 20 fois le plus petit salaire. Cela, seulement dans les entreprises où l’Etat est présent. Renault serait touché, EDF aussi. J’ai toujours été sceptique sur cette mesure qui vise à brider un homme, je me suis toujours demande quelle était la légitimité de cette force supérieure qui peut choisir à votre place dans votre entreprise combien vous pouvez gagner. J’ai toujours pensé que l’important était uniquement que les salaires soient décents en bas, qu’un ingénieur ne soit pas au SMIC, qu’importe ce qu’ils gagnent au dessus. Alors oui, on pourra me répondre que si le patron veut plus, il n’a qu’à augmenter le plus petit salaire, et du coup, par un raisonnement très mathématique, il pourra gagner plus. Mais je crains que cela ne fasse que « tasser » les salaires au niveau du plus bas, qui lui remonterait un peu. Si les ouvriers les moins bien payés seraient gagnants, ceux du cran d’au-dessus seraient perdants.

La TVA écomodulable. Tout ce qui touche à l’économique m’est toujours un peu opaque mais je comprends le concept de la TVA. La TVA serait donc plus importante sur les produits qui polluent plus. Dans le fond, je suis assez d’accord d’essayer d’orienter la consommation vers un plus grand respect de l’environnement, d’un autre, qu’est ce qu’un produit « qui pollue plus » ? Qui pollue quand on l’utilise, ou quand on le fabrique ? Auquel cas, il va y avoir un recul dans les produits de haute-technologie. Quand on sait que la France a un train de retard dans ce secteur, ce ne serait pas une bonne chose…

Rapprocher les grandes écoles des universités. Ah ! Une mesure qui me touche directement. Au conseil d’administration de mon école d’ingénieur, c’est le grand débat du moment : notre implication dans le PRES de Lyon. Le PRES est une structure qui regroupe tous les établissements d’enseignement supérieur de Lyon et sa région, dans le but de mettre des moyens et des missions en commun. Le gouvernement actuel pousse les écoles à y rentrer. A l’INSA, nous avons un problème, nous avons un service de restauration et d’hébergement rien qu’à nous, très pratique pour les étudiants, notamment étranger. Nous avons aussi une bonne visibilité à l’international. Le seul truc qui nous manque, c’est de l’argent. Aujourd’hui, nous sommes moyennement impliqués dans le PRES et l’élection du nouveau directeur s’est jouée là dessus, nous ne voulons pas nous impliquer plus que ça dans cette structure qui, à long-terme, amèneraient à la fin de notre hébergement pour le mutualiser avec Lyon 1, idem pour la restauration. Bref, rapprocher les grandes écoles des universités, c’est tuer les grandes écoles en les noyant dans les universités plus grosses. A Strasbourg, les grandes écoles se sont fait avoir. Le seul point bénéfique d’un rapprochement, c’est le rayonnement à l’international en créant de gros pôles technologiques, c’est mettre la partie Education de côté au profit de la partie Recherche. Grand débat.

 

Voilà les points sur lesquels j’avais un mot à dire. Les économistes nous diront à quel point le programme est utopiste, les blogueurs à quel point il est vital pour la France.

3 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins