Archives de Tag: médias

Ils parlent de Zemmour pour moi

 

Affaire Zemmour iTélé

L’affaire Zemmour sera-t-elle la dernière avant Noël ? Comme le symbole d’une année qui décidément en matière de polémique s’améliore mois après mois. L’apothéose Zemmour après les rebondissements Nabilla et Trierweiller.

Plutôt que de ré-écrire ce qu’on peut lire ailleurs, je vais relayer les billets de 2 blogueurs que j’ai l’habitude lire et qui parlent du sujet. Je vais feindre le coup de chance en m’étonnant de constater que nous avons des points de vue similaires. La vérité, c’est qu’il est souvent plus facile de lire des propos auxquels on adhérait déjà avant.

Tous deux pensent que virer Zemmour d’iTélé (et Libération) est une bêtise. Car c’est le débat, et la confrontation d’idées, qui aurait pu permettre de le battre.

Le Parisien Libéral détaille notamment deux axes sur lesquels l’essayiste est facilement attaquable : l’idée que les Français aient un mode de vie unique et unifié partout en France, mode de vie que les Musulmans rejettent ; et son anti-libéralisme.

Le Faucon fait part d’une sorte de dualité qui l’anime : d’accord pour condamner les spectacles de Dieudonné, mais pas le discours de Zemmour. Peut-être parce qu’il trouve plus de crédit à Zemmour pour tenir ces propos. Et pense donc arrêter de regarder iTélé, symbole du politiquement correct qui ne doit pas déborder, et qui de toutes façons ne fait qu’empirer sa situation en se privant d’un tel aimant à audimat.

Voilà, j’arrive, sans pourtant exposer d’idée propre, à écrire un billet de beaucoup trop de lignes. La France va mal.

Publicités

Commentaires fermés sur Ils parlent de Zemmour pour moi

Classé dans Éclairs d'actu

Problème de religion ou de médias ?

Les journalistes

Depuis quelques jours – voire semaines -, la presse fait son beurre sur les problèmes religieux. La religion musulmane principalement. Je ne voulais pas en parler, le sujet est complexe puisqu’une religion n’est pas en soit une institution, il est difficile d’avoir le point de vue officiel et donc de condamner quoique ce soit.

Ce matin, je tombe sur un article de Midi Libre qui peut mettre en colère : des salafistes interdiraient aux commerçants avignonnais de vendre alcool, charcuterie et vêtements féminins sur le marché. Je crains que même les guillemets et l’italique ne puissent traduire l’incertitude des mots « salafistes » et « interdiraient » : le papier nous apprend en effet, malgré le titre racoleur, qu’on n’en sait grosso modo rien du tout.

Cela m’a rappelé le bon billet d’Humeurs de Vache et me permet de poser alors la question : a-t-on un problème avec les religions ou les médias ? L’Islam en prend un peu plein la figure ces temps, est-ce de sa faute ou de celles des journalistes, quoiqu’il en soit ces derniers creusent encore le fossé – à tort ou à raison – entre la fraternité de notre devise et la réalité des Français. Le bout du tunnel, ce n’est pas maintenant.

2 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins