Archives de Tag: islam

Parce qu’il faudrait en parler

Hommage de Charpi aux victimes de l'attaque de Charlie Hebdo #JeSuisCharlie

http://www.charpi.fr/

Le début de phrase qui revient le plus souvent, dans le chœur des pleureuses, c’est : « Il n’y a pas de mots pour… »

Eh bien, si, justement, il y en a. Mais attention : certains piquent un peu.

Je  ne savais pas du tout comment me lancer. Les hommages à Charlie Hebdo, aux victimes de cette attaque, relaient l’espoir que tous nous pouvons nous battre pour des valeurs communes. La liberté d’expression par exemple. Les premières phrases sont de Didier Goux, et sont à la fois les meilleures introduction et conclusion que j’aurais pu trouver.

Passé le choc de la nouvelle ce matin, j’ai eu quelques discussions sur le sujet. Sur Facebook et Twitter. Un ami rebondissait sur le bout de phrase « doit-on mettre les mains dans le problème du vivre-ensemble Français ? », se demandant si on ne faisait pas là le jeu des partis extrémistes ou même des terroristes.

Voilà ce que je disais :

C’est simple : est-ce qu’on considère que c’est un attentat qui n’a rien de propre à la France, qui vise purement et simplement Charlie Hebdo, et qui aurait donc pu tomber sur un autre pays vu que leur liste de personnes à abattre comporte des non-Français ;

ou est-ce qu’on voit comme l’arrivée, petit à petit, d’attaques qui trahiraient un vivre-ensemble défaillant (Merah, Dijon récemment), ce qui serait conforté par les réactions qu’on peut lire sur Twitter de sales gosses qui insultent Charlie Hebdo et disent que c’est bien fait, par provocation, bêtise, et sentiment qu’ils ne sont pas de ce pays.

[…]

Pourquoi choisir la France aujourd’hui si ce n’est parce que c’est un des pays les plus facilement attaquables du point de vue des difficultés d’intégration des autres cultures ? Les affaires s’enchaînent, sans être directement liées, mais conduisent inévitablement à la même issue, si l’on ne se décide pas à traiter le problème à la racine.

Le problème dont je parle à la toute fin, c’est celui dont il a été question sur Twitter lorsque je me suis étonné qu’on déclare « L’islam est insoluble dans la démocratie ».

moi : – Le pb n’est pas l’islam, le pb c’est qu’appelle-t-on « soluble » ?

lui :  – la réponse est très simple > Soluble : du latin solubilis « qui se dissout ».

– un islam qui se dissout, c’est un islam qui n’a plus d’existence propre non ? On le pulvérise au sens premier.

Ce que cette terrible attaque révèle, à mon goût, c’est que nous ne sommes d’une part pas d’accord sur ce qu’est l’intégration d’une culture étrangère sur notre territoire : que doit-on attendre de l’étranger ? Ou plutôt que sommes-nous en droit d’attendre ? Qu’est-il en mesure de nous donner ? Doit-il renier sa culture natale ou refuser la nôtre (bien entendu, la solution se trouve dans l’équilibre des deux) ?

Et d’autre part, notre classe politique doit se saisir du sujet, pleinement, sans tabous, sans détours. Je me rappelle cet argument durant la précédente campagne présidentielle, que je partageais aussi, et qui était de dire : « il suffirait de prendre le temps de répondre au programme économique du FN pour lui faire perdre tout crédit » et je me rends maintenant compte du danger qu’il y avait derrière. On leur donnait presque raison sur les autres facettes de leur programme, comme si elles n’étaient pas attaquables.

Hors aujourd’hui, pour ne pas céder aux extrêmes, c’est sur leur terrain de jeu principal qu’il faudrait jouer : parlons des arabes, des noirs, des juifs, des musulmans, de ce qu’ils apportent, de ce qu’ils doivent apporter, de comment ils doivent s’intégrer et de comment nous devons nous comporter.

Parce que des mots, justement, il y en a.

Hommage de Boulet aux employés de Charlie Hebdo #JeSuisCharlie

http://www.bouletcorp.com/

Commentaires fermés sur Parce qu’il faudrait en parler

Classé dans Éclairs d'actu

Charlie Hebdo cible d’un « attentat terroriste » dixit Hollande

Pensée à Charb, caricaturiste mort dans l'attaque.

Pensée à Charb, caricaturiste mort dans l’attaque.

L’année 2015 commencera sur une très mauvaise nouvelle avec l’attaque du siège de Charlie Hebdo (11 morts) ce matin par (au moins) 2 hommes armés de kalachnikov et lance-roquettes. Sur la vidéo de Martin Boudot, on peut entendre les hommes crier « Allahou Akbar ».

Le ton est donné. Les réactions politiques vont très certainement façonner ce début d’année et relancer un débat qui aurait dû être ouvert depuis longtemps (et non évité comme il l’a été) : est-ce un attentat terroriste isolé ou doit-on mettre les mains dans le problème du vivre-ensemble Français ?

J’avais personnellement des doutes sur l’atteinte à la liberté d’expression que cette attaque constituait mais le fait qu’un groupe de personnes lourdement armé en soit l’auteur les a vite écartés.

[edit]

Hommage à Cabu, Charb et les 10 autres qui sont morts dans l’attaque. Rassemblement à Lyon, place des Terreaux, à 18h.

Je suis Charlie. Hommage à Charlie Hebdo

Commentaires fermés sur Charlie Hebdo cible d’un « attentat terroriste » dixit Hollande

Classé dans Éclairs d'actu

Problème de religion ou de médias ?

Les journalistes

Depuis quelques jours – voire semaines -, la presse fait son beurre sur les problèmes religieux. La religion musulmane principalement. Je ne voulais pas en parler, le sujet est complexe puisqu’une religion n’est pas en soit une institution, il est difficile d’avoir le point de vue officiel et donc de condamner quoique ce soit.

Ce matin, je tombe sur un article de Midi Libre qui peut mettre en colère : des salafistes interdiraient aux commerçants avignonnais de vendre alcool, charcuterie et vêtements féminins sur le marché. Je crains que même les guillemets et l’italique ne puissent traduire l’incertitude des mots « salafistes » et « interdiraient » : le papier nous apprend en effet, malgré le titre racoleur, qu’on n’en sait grosso modo rien du tout.

Cela m’a rappelé le bon billet d’Humeurs de Vache et me permet de poser alors la question : a-t-on un problème avec les religions ou les médias ? L’Islam en prend un peu plein la figure ces temps, est-ce de sa faute ou de celles des journalistes, quoiqu’il en soit ces derniers creusent encore le fossé – à tort ou à raison – entre la fraternité de notre devise et la réalité des Français. Le bout du tunnel, ce n’est pas maintenant.

2 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

Réponse de l’ami musulman à JF Copé

Voilà, à la lettre de Jean-François Copé à son « ami musulman », il y a eu réponse. C’était sur Rue89. Vous en penserez ce que vous en penserez.

Cher Jean-François,

J’ai lu avec grand intérêt la lettre que tu m’as adressée dans L’Express et, puisque nous sommes désormais amis, permets-moi de te tutoyer et de te dire les choses en toute franchise.

D’abord je dois te confier que chez moi (en France avant que tu demandes), ce n’est pas comme ça que l’on traite ses amis. On ne fait pas un débat pour savoir comment nos amis devraient s’habiller ou s’exprimer. On ne se mêle pas de leur vie religieuse et on ne se permet pas de dire à leur fille que sa robe est trop longue. Ce serait très déplacé, tu en conviendras.

On ne se sert pas non plus de ses amis pour gagner des élections. On ne salit pas leur dignité et on ne leur porte pas préjudice, même si ça fait monter l’audimat au radio-crochet du coin…

Tu dis vouloir m’aider à combattre les préjugés à mon sujet, mais c’est toi qui les alimentes à chaque fois que tu prononces les mots islam, menace et laïcité dans la même phrase. Je ne t’ai rien demandé et je n’ai pas besoin de ton aide. Je veux juste que tu me laisses en paix.

Le jour où tu auras vraiment envie d’avoir une conversation avec moi, retrouve moi autour d’un bon repas, sans caméras si possible, comme ça tu pourras me regarder dans les yeux te dire le fond de ma pensée.

D’ici là, si vraiment tu t’ennuies et qu’il te reste de l’énergie, je peux t’indiquer un certain nombre de problèmes qui requièrent toute ton attention dans le pays : à commencer par le fait qu’il manque du travail à beaucoup de nos concitoyens et que les gens ne se parlent quasiment plus depuis que toi et ton équipe tenez le micro.

J’aimerais aussi répondre point par point à un certain nombre de remarques que tu fais dans ta lettre et qui, si l’un de nos amis la lisait, risqueraient de l’induire quelque peu en erreur.

Qui « défigure » l’islam ?

Quand tu dis que notre foi, l’islam, est « défigurée dans l’opinion par des comportements ultraminoritaires », ce serait bien de rappeler que cette « opinion » se construit moins à partir de la réalité que du discours politique et médiatique auquel, il me semble, tu participes un peu (note ce doux euphémisme que l’amitié t’offre en privilège).

Toi qui as depuis fort longtemps renoncé à la langue de bois et à la stratégie politique, tu devrais savoir qu’il ne convient pas de dire une chose et son contraire d’une interview à la suivante. On pourrait t’accuser de tenir un double discours ce qui, par les temps qui courent, reviendrait à te bannir de la sphère publique où tu sembles t’épanouir.

Plus loin dans ta lettre, tu parles de mon grand-père mais tu confonds probablement, c’est celui d’un autre qui est mort à Verdun. Le mien a combattu à Al Alamein en Egypte, dans une guerre qui n’était pas la sienne. Du côté de maman, ils étaient plutôt vers Alger, où ils ont pu découvrir les joies de l’électricité dans les années 50.

C’est vrai que tout ça fait partie du passé… mais je suis bien content que tu fasses avec moi ce devoir de mémoire qui nous rappelle d’où nous venons et ce qui nous unit, tout en nous permettant de tirer des enseignements qui nous éviterons de répéter les mêmes erreurs. Comme par exemple de stigmatiser une partie de nos concitoyens pour des objectifs politiques.

L’alibi de la laïcité

Tu voudras bien m’expliquer aussi pourquoi dès que tu parles d’islam, tu te sens obligé d’invoquer la laïcité pour dire quelque chose de pas sympa juste après.

Si tu n’aimes pas les barbes et les foulards, libre à toi d’exprimer ton opinion. Nul besoin de faire comme tous ceux qui, pour légitimer leur rejet des formes visibles de l’islam, se drapent sous la cape de la laïcité en espérant y trouver une respectabilité à leur racisme d’autrefois.

Je sais bien que tu n’en fais pas partie, toi qui poursuit des objectifs « empreints de paix et de respect », mais c’est tout de même dans ton camp qu’on entend des gens parler de « croisades », de la « France [qui] doit rester la France », et du jeune musulman dont on veut « qu’il travaille, qu’il ne parle pas verlan et qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers ».

Si c’est toi le chef de cette belle équipe d’esprits éclairés, je te souhaite bien du courage. C’est bien d’avoir une opinion. C’est mieux d’avoir la vérité. Or notre vérité commune est dictée par la loi de notre pays et il se trouve justement qu’en 1905, une loi a été votée pour établir le principe de laïcité que les polémistes (contre lesquels tu fais bien de t’insurger) ressassent à tort mais surtout à travers sans vraiment l’avoir lue.

Laïcité=liberté (y compris de porter la barbe)

Et que dit-elle cette loi ? Elle dit que nous sommes libres. Libres de choisir en conscience notre religion et de la vivre comme bon nous semble, sans faire de prosélytisme et sans devoir la cacher ou la renier dans la sphère publique. Libres de s’habiller comme il nous plaît, de porter une barbe ou de se couvrir la tête si on le souhaite. Libres de prendre notre place au sein de la République comme nous l’avons fait jusqu’ici en l’enrichissant de notre travail, de nos idées et de nos espoirs.

Aucune instance musulmane n’a réclamé le changement de cette loi. Aucun musulman n’a demandé un privilège dont serait exclu l’un de ses concitoyens.

Nous demandons, et la majorité de nos concitoyens avec nous, le strict respect de la loi de 1905. Sans cadres ni contraintes supplémentaires et sans polémiques pour venir, chaque jour un peu plus, restreindre nos libertés et nos droits fondamentaux.

Citoyens comme les autres

Mon cher Jean-François, à trop vouloir nous aider, tu risques de nous causer du tort en faisant croire qu’il y a une spécificité islamique qu’on aurait jusque là ignorée. Il n’en est rien. Nous sommes des citoyens comme les autres, acteurs anonymes des changements et des sacrifices que doit concéder notre pays aujourd’hui.

Ta famille politique n’est pas étrangère à cette situation (mais bon, on ne choisit pas sa famille…). Ce serait malheureux de donner ainsi raison à ces mauvaises langues que j’entends déjà dire qu’avec des amis comme toi …on n’a pas besoin d’ennemis.

Pour ces raisons, tu comprendras que je ne souhaite pas venir à ta petite fête du 5 avril. Je préfère vous laisser laver votre linge sale en famille. Fais-moi signe quand tu auras repris tes esprits et que les choses se seront un peu calmées vers chez toi.

Je termine en te rappelant que le respect, c’est d’accepter l’autre tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit, avec ses différences. Il serait bon que tu t’en souviennes désormais, avant d’invoquer une idée de fraternité que tu piétines chaque jour.

Ton ami, Marwan Muhammad

 

2 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

De la nécessité de débattre sur nos blogs

J’aime bien tenter les titres un peu littéraires…

L'HémicycleCes derniers jours, j’ai lu deux billets au nombre de trois très intéressants. Ils traitent du potentiel futur débat sur l’Islam, de la nécessité de faire des débats et du rôle de la gauche dans tout ça.

« Sans débat, pas de démocratie ». Le simple fait d’ouvrir des blogs et de traiter de sujets un tantinet politiques va dans ce sens. Corto demandait donc, à propos du débat sur l’Islam, si nous étions capables de débattre, ou plutôt si les politiciens sensés nous représenter l’étaient, sur des sujets de société importants.

Nicolas semble penser que c’est un « sale » débat. En tout cas de la manière dont Guéant le présente : « Il nous revient à nous de protéger les Français dans notre double mission, d’améliorer la sécurité et de lutter contre l’immigration irrégulière ». La phrase est effectivement orientée mais allons au delà.

Je pense qu’il faut effectivement qu’on ose débattre de tout, et que tous les camps participent au débat. Je vais reprendre une phrase d’Humeurs de vaches que je trouve très juste : « Or, refuser de débattre, surtout sur des sujets sensibles, c’est laisser la place aux extrêmes, c’est les laisser exprimer leur populisme et leurs fausses réponses sans contradictions ! ».

J’ajouterai qu’en refusant de débattre sur certains thèmes, si orientés soient-ils, c’est frustrer une partie de son électorat qui lui attend certainement des réponses de ce côté là.

L’islam est un très bon exemple. Sur-médiatisé, faisant le jeu des extrêmes, il est victime de ses dérapages et surtout du tabou qui existe autour. Il n’y a que la Droite qui veuille en faire un débat, et on sait très bien pourquoi. La question de Corto « de savoir si nous sommes aujourd’hui capables, en France, d’aborder un sujet fondamental pour la cohésion républicaine et notre Vivre Ensemble sans sombrer dans les dérapages, les invectives, les jugements péremptoires et autres calculs électoraux ? » prend donc tout son sens.

Il semble impossible aujourd’hui d’avoir droit à un vrai débat avec nos politiciens tant l’atmosphère infantile de gueguerre et de coups bas prime sur la volonté de faire avancer les choses. C’est donc au peuple de prendre les choses en main, et de débattre.

Nicolas se demandait quels thèmes devait porter les blogs de gauche pour gagner, jugeant qu’ils étaient les mieux placés pour parler de laïcité, je crois que le premier débat serait de reparler de l’identité nationale, de montrer cet engagement pour la laïcité, car avec des vieilles histoires comme ces horaires aménagés pour la piscine (désolé de ressasser), je ne sais pas si les citoyens perçoivent bien le PS comme le mieux à même de porter ce combat. Ce débat est, il me semble, un des plus importants débats aujourd’hui tant il remet en question le ciment même de notre société : sa cohésion. Sans cohésion, pas de discussions, de débats et d’avancées.

Sans cohésion, pas de possibilité pour le pays de faire des choix, de prendre des initiatives, pas de Vivre Ensemble, pas de Fraternité.

Le débat sur l’Islam devrait être élargi aux autres religions, devrait être élargi à la laïcité, à la culture Française, bref à l’Identité Française et Républicaine, quoiqu’en pensent ces messieurs de Gauche (principalement) qui ne devraient pas fuir ces débats mais au contraire y entrer avec enthousiasme, car ce sont sur ces thèmes que les Français voteront.

Des images très sympas passaient à la télé ce weekend, des Libyens qui pouvaient enfin parler de politique dans la rue. Si nos politiques n’ont pas les épaules pour porter ces débats, alors ce sera à nous de le faire. Comment, je ne sais pas, les blogs sont une première idée. Tout cela parait utopique, mais en ces temps de révolutions, je me permet de rêver.

29 Commentaires

Classé dans Éclairs moi de ta sagesse