Archives de Tag: critique film

Skyfall

Comme si le ciel leur était tombé sur la tête.

James Bond Skyfall Daniel Craig

(c) Allociné

Je vais essayer de ne pas trop écrire sur le sujet. Gardez bien cette phrase en tête, 20 lignes plus bas, vous pourrez rigoler.

Ce nouveau James Bond est résolument… nouveau. Et l’on devine aisément que le but de Sam Mendes (American Beauty, Les Sentiers de la Perdition) ait été de tabler sur l’authenticité, d’entrer plus en profondeur dans le MI6 (bien que le budget soit du même ordre de grandeur que Quantum of Solace : 200 millions d’euros).

Quand je parle d’authenticité, je ne veux pas dire qu’il se rapproche des premiers opus de la saga, bien loin de là, je veux dire qu’on découvre un James Bond encore plus réel, plus vrai et du coup plus touché. Toute l’ambiance, des lieux aux gadgets, en passant par la voiture transpirent la sobriété et la Grande-Bretagne. Sans vouloir trop spoiler, fini les course-poursuites, les lieux exotiques et les James Bond Girls torrides (pourtant, la belle Bérénice Marlohe aurait tenu le rôle !) .

Bérénice Marlohe Skyfall

Enfin, ils y sont, mais moins. Tout est moins marqué. L’agent britannique se révèle plus terre à terre, plus froid. Vous pourriez croire en lisant ces lignes que je n’ai pas apprécié le film. Et pourtant si ! Le film est très bon, l’histoire est cohérente, les scènes s’enchaînent bien. C’est juste que plusieurs symboles sont partis. Et la fin est… Skyfall.

Le générique d’ouverture est par contre toujours dans le même esprit, sur la magnifique chanson d’Adele, et c’est un plaisir, tout comme finalement la construction du film. C’est juste… un nouveau Bond. James Bond.

1 commentaire

Classé dans Éclairs d'art

Mes mini-critiques cinéma

Le Grand Rex Paris pour Star WarsUn petit message pour vous annoncer le lancement de Mes mini-critiques cinéma, ça se trouve dans les menus de droite et il y aura toujours les 4-5 derniers films que j’ai vu.

1 commentaire

Classé dans Éclairs d'art, Éclairs d'en haut

Shrek 4 ou la New American Way of Life

Je suis allé voir en famille Shrek 4, non par volonté mais plus par obligation sociale, il paraitrait que passer son temps sur son smartphone n’est pas preuve de socialisation. Bref, tout ça pour en arriver au constat suivant : affligeant !

Shrek 4D

J’avais apprécié le premier Shrek, je trouvais qu’il donnait un peu de renouveau aux films d’animations même si la recette restait assez classique : les personnages étaient attachants, n’étaient pas trop creux, avec un humour plutôt sympa. J’étais plus jeune c’est sûr, mais cela n’empêche que ça me semblait un bon divertissement. Le 2ème et le 3ème glissaient déjà sur la voie de ces productions aseptisées, qui servent toujours le même discours, un discours à l’eau de rose en promotion naïf et très « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil » même il y avait quand même une histoire, ce petit quelque chose qui faisait qu’on pouvait avoir envie de suivre.

Et là, le 4 frappe fort ! C’est con parce que l’histoire est bien, enfin le concept de l’histoire. On découvrait même dans le « nain escroc » un nouveau personnage très d’actualité. Mais non, j’ai trouvé le discours affligeant, outre les phrases hautement intellectuelles dont Transformers nous avait habitués, la morale que l’on sert aux enfants me fait un peu peur.

Je vais un peu spoiler mais bon. Shrek est confronté entre sa vie de famille rangée avec sa jolie femme et ses adorables enfants et sa véritable identité d’ogre cruel, égoïste et sale. C’est lors de l’anniversaire de ses petits ogres justement que le choix se pose à lui, vous savez c’est un de ses anniversaires à l’américaine, avec la banderole accroché dans la salle, plein de ballons de toutes les couleurs dans tous les sens, une scène avec un spectacle, un super gâteau plein de crème rouge jaune vert et des beaux cadeaux bien emballés. Oui il y aussi les sourires publicitaires de tous les convives. Et cette ambiance, presque calibrée et normée, ne plait pas du tout au super papa tout vert qu’est Shrek. Vous vous en doutez, à la fin du film, il choisit d’abandonner totalement sa vraie nature, celle qui l’aimait tant avant, celle de son marais que tout le monde fuyait et de ses bains de boue. Il sort même une phrase du type « je ne me rendais pas compte à quel point je suis content de ma famille ». Il ne manquait qu’un petit coucher de soleil en arrière-plan, la famille réunie, tout sourire, avec marqué dessus « Vous voulez être comme eux ? Appelez le 0 800 69 69 69 » pour qu’on ait véritablement à faire à de la propagande.

Shrek4Pub

*offre soumise à conditions. Voir disponibilité en magasin.

Non je n’ai pas aimé ce message, on est loin des Happy End de Disney qui laissaient un peu de rêve et d’aventure et présumaient un « to be continued ». J’aime de moins en moins ces messages plein d’hypocrisie prônant la banalité et la norme comme valeurs de vie. Par contre j’applaudis ceux qui sont derrière tout ça et qui s’assurent une pléiade de petits citoyens dociles et dépensiers.

Une petite remarque technique sur le film, je ne l’ai pas vu en 3D et je le regrette car j’ai eu l’impression que le film avait vraiment été travaillé dans ce sens, je sentais une plus grande maîtrise de cette technologie (à l’inverse d’Avatar) dans certaines scènes qui me semblaient vraiment conçues pour elle.

Commentaires fermés sur Shrek 4 ou la New American Way of Life

Classé dans Éclairs d'art