Archives de Tag: cinéma

PopCorn Garage et ses 66 références de film à reconnaître

PopCorn Garage jeu en ligne référence cinéma

Priska et Romain Zitouni ont lancé un jeu en ligne super sympa : PopCorn Garage. 66 références à des films que vous êtes censés connaître se cachent dans un garage bordélique. Vous devez entrer les titres des films, et n’avez le droit qu’à trois erreurs.

Je bloque à 39. Et comme je suis plutôt cool, je peux vous dire qu’il n’y a pas Mad Max. Débrouillez-vous avec ça.

http://www.popcorngarage.com/

Publicités

Commentaires fermés sur PopCorn Garage et ses 66 références de film à reconnaître

Classé dans Éclairs d'art, Éclairs de geek

Printemps du cinéma chargé

3 jours à 3,50€ : 3 films. Dont il convient de faire une rapide revue, ne serait-ce que pour justifier la visite des quelques dizaines d’internautes chaque jour, et pour surcharger encore un peu mes lignes de temps Facebook et Twitter.

Big Eyes / Selma / The Voices

Big Eyes : le dernier Tim Burton, pourtant très peu axé fantastique. C’est plus sur les couleurs et les plans larges d’extérieur qu’on sent qu’il était derrière la caméra. Big Eyes c’est une belle petite histoire. Trop réaliste (et historique d’ailleurs) pour être un conte, pas assez intense pour être le drame d’une vie, c’est une balade dans le San Francisco des années 60 avec une trame de fond suffisamment solide pour qu’on reste captivé pendant l’heure quarante qui sépare le début de la fin.

Selma : celui qui retourne un peu l’estomac si on est sensible aux grandes causes. Tout le monde connait Martin Luther King. Mais les ignares comme moi connaissent peu les événements qui ont conduit au fameux I have a dream. Le film s’attarde sur l’épisode Selma, petite ville d’Alabama dans laquelle les Noirs ne peuvent s’inscrire sur les listes électorales, alors qu’ils en ont légalement le droit, à cause d’un shérif campé sur ses positions sudistes racistes. Et la violence y est dépeinte avec un réalisme qui accroît son intensité : on a mal pour eux, on se demande comment ils acceptent de continuer le combat, et surtout dans la non-violence. Vraiment à voir. Petit plus : le rappeur/acteur Common joue dedans (et chante Glory avec John Legend dans le générique).

The Voices : le film complètement barré. Je connaissais Marjane Satrapi pour Persepolis, elle s’amuse ici dans un tout autre registre. C’est à la fois dramatique, drôle, violent et absurde. Entre les répliques du chat et du chien, l’innocence (relative) du personnage principal et l’histoire qui fait peur, on s’éclate en mettant de côté toute réflexion. Comme un tour de grand huit, c’est court et intense (comme d’autres choses aussi…). Et ça vaut le coup !

Commentaires fermés sur Printemps du cinéma chargé

Classé dans Éclairs d'art

Very American Sniper

Cela faisait longtemps que j’avais écrit mes notes sur le film et que je voulais écrire cet article. Etant persuadé que les Internets ressentaient un manque sans mon avis.

affiche film American Sniper

(c) Allocine.fr

Jouons la court (donc long, vous en avez l’habitude).

Le film est bon, on ne s’ennuie pas, et on ressort avec l’impression de ne pas avoir perdu son temps.

Par contre, j’ai été surpris. Surpris car je ne m’attendais pas à cela venant de Clint Eastwood. Dans la plupart de ses films, j’avais toujours réussi à retrouver quelque chose d’universel. Soit du grandiose (sorte de catharsis un peu à la manière d’un super-héros qui viendrait de sauver le monde) : Gran Torino, Invictus ; soit de l’humain, du brut de vécu : Jersey Boys, J. Edgar.

Celui-ci est en fait un peu entre les deux. Mais me semble surtout plus américain. Il y a une sorte d’éloge du soldat américain, de fierté de son armée, de fierté de son pays, qui ne marche pas avec moi. Je ne suis pas fier de nos soldats, j’en suis reconnaissant. Je ne ferai pas (et n’ai pas fait jusque là) de deuil, de commémoration pour des soldats qui seraient morts lors de conflits en Irak ou en Afrique. Pour autant je suis très bleu-blanc-rouge et j’ai assisté à plusieurs cérémonies du 11 Novembre et du 8 Mai.

J’ai peut-être aussi été moins touché parce que cet homme (Chris Kyle), est surtout représenté comme un tueur d’élite : un mec qui a tué, tué et tué. Les dernières images (désolé de spoiler) qui sont en fait tirées de vrais reportages télé sur ses hommages, me confortent dans le cliché que j’ai des Américains missionnés pour sauver le monde. Je me suis même demandé si le film n’était pas en fait une critique de cela : trop gros pour être vrai, trop gros pour être cautionné.

Ces gens ont-ils adoré Chris Kyle pour les gens qu’il a tués, ou pour ce qu’il a fait après son retour de guerre (et dont on n’entend presque pas parler dans le film) ?

C’est parce que je n’ai pas pu répondre à cette question, ni pendant le film, ni à la fin, et parce que les scènes d’actions m’ont un peu trop rappelé la Chute du Faucon Noir, que je n’ai pas été pleinement satisfait par ce dernier Clint Eastwood.

Moins bon que d’habitude, mais toujours sympa.

2 Commentaires

Classé dans Éclairs d'art

Le vrai trailer officiel de Star Wars 7 : The Force Awakens

Après la sortie du trailer de Jurassic World, c’est le dernier opus de la saga Star Wars qui fait parler de lui (bien qu’il ne sorte que pour Noël 2015). Et alors que beaucoup de parodies ou fakes circulent, le trailer officiel, posté par le compte officiel de Star Wars, c’est celui-ci 🙂

Commentaires fermés sur Le vrai trailer officiel de Star Wars 7 : The Force Awakens

Classé dans Éclairs d'actu, Éclairs d'art

Le trailer officiel de Jurassic World

Après les Pompes à Vélo, c’est au tour du trailer officiel de Jurassic World (oui, oui, la suite de Jurassic Park) de sortir.

On va bien s’amuser.

VO

VF

Commentaires fermés sur Le trailer officiel de Jurassic World

Classé dans Éclairs d'actu

Samba, dans les pas d’Intouchables

Omar Sy Charlotte Gainsbourg Tahar Rahim Izïa Higelin Samba

Dans le monde du cinéma, une très bonne recette ne donne pas forcément deux fois de très bons plats. Voilà ce que nous apprend Samba, la dernière création d’Olivier Nakache et Eric Toledano, featuring Omar Sy.

D’ailleurs, les noms qui reviennent y sont peut-être pour quelque chose. Quand, lors des premiers écrans, vous lisez : film de Toledano et Nakache, avec Omar Sy, sur une musique de Ludovico Einaudi, la connexion avec Intouchables se fait très vite. Et vous laisse un goût de « Ils ne pourront pas faire aussi bien » avant même que l’histoire ait commencé.

Alors certes, l’histoire de Samba n’est pas aussi touchante que celle de Driss mais le film est bon. J’ai particulièrement apprécié le rapport à l’immigration illégale : elle est présente, elle maintient une ambiance dans le film, mais rien ne parait exagéré, on ne verse ni dans la complainte suintante, ni dans la critique abrupte. Elle est là comme un fait avec lequel vivent les différents personnages.

Et ces personnages, sans en faire des tonnes, amusent et distraient. Un film qui passe tout seul, sans être parfait, sans être plat non plus.

Commentaires fermés sur Samba, dans les pas d’Intouchables

Classé dans Éclairs d'art

Pompéi : essaie de faire plus nul !

La nullité s’est trouvée une nouvelle référence. Vous connaissez ces films drôles mais un peu lourds qui donnent l’impression de n’être qu’une suite de sketches mal articulés ? Pompéi reprend le même schéma, mais remplace les sketches par les clichés. Répliques à la con, scènes à la con, effets spéciaux à la con. Tout y est. C’est effarant. Mais pas spécialement surprenant venant de la part d’un réalisateur (Paul W. S. Anderson) qui enchaîne les navets.

J’espère que Jon Snow ne va pas mourir dans le prochain épisode de Game Of Thrones parce que ce film ne sera pas (et j’avance cela avec certitude) sa porte d’entrée dans le cinéma. Pire, ceux qui songeaient à engager l’acteur doivent s’être tournés vers des valeurs plus sures.

Qu’on le note sur vingt, sur cent, ou sur dix mille, ce sera toujours zéro.

Sexy Jon Snow Kit Harington gladiator Pompeii

Jon Snow en gladiateur. Comme Russell Crowe mais sans la classe. (c) Constantin Film Verleih GmbH

Commentaires fermés sur Pompéi : essaie de faire plus nul !

Classé dans Éclairs d'art