Equalizer : une parodie qui se prend au sérieux


Il ne faut pas aller voir Equalizer avec l’espoir de voir un grand film. Mais avec suffisamment de second degré, vous y trouverez une parodie sympathique de film américain standard dans laquelle le super-héros est en chemise et revisite des classiques de scènes d’action, flirtant entre le McGyver bricoleur, le Liam Neeson calculateur et froid de Taken et le Clint Eastwood paternaliste de Gran Torino. Une sorte de RED (les retraités qui font tout sauter) à un, avec moins d’humour et plus de fatalité.

Denzel Washington in Equalizer Final Scene

Le bon citoyen américain défend la veuve et l’orphelin

Sans trop spoiler, c’est l’histoire d’un mec (plutôt bien joué par Denzel Washington) qui cache une vie mouvementée et qui finalement va replonger pour voler une secours d’une prostituée russe. Il ne manque que la course-poursuite en Audi pour en faire un film de Luc Besson.

Rien de très original, ni dans le scénario, ni dans la manière dont le film est tourné, mais une histoire qui avance gentiment, résumant assez bien les dernières dizaines d’année du cinéma américain avec des méchants russes, des flingues et un gentil que rien ne semble arrêter.

6,5/10 parce que je laisse au réalisateur (Antoine Fuqua) le bénéfice du doute quant à sa volonté de faire une parodie.

Publicités

Commentaires fermés sur Equalizer : une parodie qui se prend au sérieux

Classé dans Éclairs d'art

Les commentaires sont fermés.