Lucy ou quand Luc Besson touche à des substances pas très licites


Lucy affiche Luc Besson 2014

Les critiques assassines sont souvent trop courtes à écrire et trop longues à lire. Je vais tacher d’être court.

J’ai vu Lucy au cinéma hier (à moitié prix, il est utile de le noter). Laissons le suspense de côté : le film est nul. Mais il convient de détailler pourquoi.

Un mot sur l’histoire sans trop spoiler : une fille en passe de devenir une machine, un trafic de drogue, une quête scientifique sur le chemin du savoir.

La critique de Télérama résume peut-être mieux que je ne pourrais le faire ce que j’en pense : « Petit conseil amical : que Luc Besson continue à filmer des poursuites, des complots et des règlements de comptes. Il est fait pour ça et c’est l’un des rares, en France, à le réussir aussi bien. Mais surtout, surtout, surtout, qu’il évite de penser. »

Luc Besson s’emmêle entre deux scénarios (l’affaire de drogue et la pseudo-quête scientifique) sans qu’aucun des deux ne trouve de dénouement convaincant.

Scarlett Johansson Lucy Luc Besson

« comme ça j’ai l’air de savoir où je vais mais en fait pas du tout »

Les scènes accumulent les incohérences, malmenées par un Morgan Freeman benêt et une Scarlett Johansson faussement modeste, certainement trop contente qu’on lui confie le rôle de sauver le monde. Amusant, à chaque fois qu’elle passe pour intelligente (Her, Lucy), c’est dans un film.

Graphiquement, le film oscille entre du bon vieux Luc Besson sauce Transporteur, et du Matrix bas de gamme qui sent le E=M6 (oui l’émission). Rien de palpitant, et honnêtement, on se réjouit des scènes de baston qui apportent sans doute la seule distraction de ces 1h29 plates et mornes (heureusement, c’est court).

Scénarios sans queue ni tête, jeux d’acteur très médiocres et graphisme à côté de la plaque = film à oublier. 2/10. Par chauvinisme.

Et puis, les poursuites, les Chinois, la fille : ça rappelle quand même ce bon vieux Mozinor !

5 Commentaires

Classé dans Éclairs d'art

5 réponses à “Lucy ou quand Luc Besson touche à des substances pas très licites

  1. Exact, d’ailleurs je n’ai pas lu plus loin que le film est nul avant d’écrire ce commentaire. Ma copine voulait le voir, je l’ai prévenu que Besson est une buse (entre taxis et ce qu’il a fait à Jacques Mayol) je lui souhaite juste de crever la gueule ouverte. Mais finalement un pti rien de masochisme et de faire plaisir à la copine, j’y suis allé, plein pot. J’ai cru m’arracher les yeux. Combien de fois j’ai bondi !!! Quel blérot ce type !!! Je me suis regardé cinq fois limitless dans les jours qui ont suivi pour me laver les yeux. Non mais vous savez quoi en faire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • ValLeNain

      Le film est nul, je crois qu’on est pas mal à s’accorder sur ce point. Je serais plus nuancé sur la filmographie de Besson, qui a quand même quelques pépites dans ses rayons.

      • J’aime trop l’apnée pour faire çà. Si tu vas sur le site de JP Petit, tu peux taper « les dangers de l’apnée » dans la recherche interne, attention c’est long, pas design, mais instructif. Après oui y’en a qui coursent la nuance, je n’en suis guère sur le registre cinéma, j’observe la gigantesque machine à abrutir.

  2. scientific12

    En tant que divertissement LUCY n’est pas si mal…
    Par contre si on ne supporte pas les incoherences comme moi: le film est tout simplement exaspérant au point que j’ai hésité à quitter la salle.

    Je me demande encore si j’ai bien fait…

    • ValLeNain

      Je pense que le film est trop complexe pour pouvoir être un bon divertissement (il aurait fallu ne garder que le trafic de drogue ou le truc scientifique), là on s’emmêle, bien souvent on rame, au final on se perd et s’ennuie.