Archives mensuelles : avril 2014

Ben Lemonz et ses Rocking Podcasts

Il mérite un nouveau coup de pub, tout particulièrement pour ses Rocking Podcasts (il y en a 3 pour l’instant, le dernier est encore chaud). Du son qui donne envie de bouger, et le download est gratuit. Oui, de l’éléctro chan-mé et gratuite. Pendant une heure, c’est le Rocking Podcast ! 🙂

La page Facebook officielle de Ben Lemonz.

Rocking Podcast #2

Publicités

Commentaires fermés sur Ben Lemonz et ses Rocking Podcasts

Classé dans Éclairs d'art

Divergente : quand Matrix rencontre Hunger Games

hunger matrix

 

Si l’on fait exception de ses longueurs et de son côté déjà vu (il lorgne beaucoup trop du côté de « Hunger Games »), « Divergente » n’en demeure pas moins un film de science-fiction et d’action plutôt réussi. Dont on attend désormais la suite, « Divergente 2 : l’Insurrection »… Le Parisien

Je voulais me lancer dans une grande critique, et le Parisien a finalement résumer ce que je voulais dire en deux phrases. Vous l’aurez compris, Divergente = 90% d’Hunger Games et 10% de Matrix.

Les Factions

Chacun a sa place. Ou chacun à sa place. A l’inverse d’un Hunger Games qui impose une faction à ses habitants, le monde de Divergent se veut plus juste et laisse place à la volonté des citoyens eux-mêmes. Reste que le découpage crée tout de même des classes sociales. C’est même l’objet du film.

L’Héroïne

Portrait craché de Jennifer Lawrence dans Hunger Games : amour pour sa famille, esprit de rébellion, capacité à s’entraîner pour réussir, silhouette sexy. Shailene Woodley is the new Jennifer Lawrence. Et on lui souhaite la même réussite.

Sexy Shailene Woodley Divergent

L’élu

Celui (celle) qui change la donne, dont le comportement n’était pas vraiment prévu. Même les machines ne savent qu’en penser. Tris (son nom dans le film) incarne un nouveau type de bug dans la matrice.

Ellie Goulding

Ni Matrix ni Hunger Games pour le coup. Mais le choix d’Ellie Goulding pour la BO en est un bon, assurément. Elle est d’ailleurs accompagnée d’autres grands noms comme Zedd, M83, Skrillex ou encore Woodkid. Vous ne serez pas déçus.

Commentaires fermés sur Divergente : quand Matrix rencontre Hunger Games

Classé dans Éclairs d'art

l’Internet de demain, c’est loin

Sans rapport avec la chanson j’en ai peur.

Jeudi, un intervenant d’une société irlandaise (Intercom) est venu nous faire un petit speech sur le futur d’Internet d’après lui. Déjà, vous devez savoir que j’ai commencé un stage dans une start-up, dans une sorte d’incubateur (NDRC), ici-même à Dublin.

Un petit mot sur son background, l’intervenant est passé par Google et Facebook. Pas dégueu donc.

Sa présentation portait sur le futur du web et sur la manière dont on devait concevoir sites et applications web. Sur le fait qu’Internet ne devait plus se voir comme un réseau auquel on se connecte, mais un réseau présent à chaque instant fonctionnant comme le réseau électrique (a-t-on l’impression de se connecter quand on allume une lampe ?).

Deux points m’ont un brin interpellé, et demandent je pense qu’on s’y attarde un peu.

L’Internet des choses

(c) blog.arkive.org

Nike a commencé à installer des capteurs dans beaucoup de ses produits. Les autres vont suivre rapidement. Et tous sont connectés : montres, bracelets, chaussures… L’information est toujours plus rapide d’accès, et toujours plus accessible, même au fin fond de la jungle.

Là est ma première question, soit notre relation directe avec le monde extérieur un flux de données, et Internet un autre. Le deuxième est façonné de manière à nous fournir rapidement ce que l’on cherche. Par les hommes pour les hommes. Titres, catégories, tags. Le premier demande plus d’attention pour être compris et en retenir quelque chose.

Vous êtes au milieu de la jungle et découvrez une fleur. Vous la prenez en photo et obtenez immédiatement toutes les informations sur cette fleur. Le flux de données venant d’Internet est plus facilement lisible, vous lui donnerez sensiblement plus d’attention. N’allez-vous pas louper autre chose ? La fleur elle-même ? Qu’importe son nom latin, sa répartition géographique. Vous avez devant vous un amas de matière unique, vivant, dans un environnement particulier. C’est cette unicité de l’instant présent (tout de suite les grands mots) qui me semble être perdu si l’on ne s’attache qu’aux données. Vous pourriez aussi bien ne pas avoir bouger de votre chaise, vous auriez (presque, voir second point) les mêmes données.

Créer des bulles ouvertes ?

Le deuxième point portait plus sur l’architecture des applications web elles-mêmes. Pour Paul Adams (notre intervenant), tout devait devenir plus social, plus connecté, plus personnalisé. Le concept de pages liées entre-elles étant trop proche de la presse papier, et donc d’un media plus ancien : la puissance d’Internet se trouverait forcément ailleurs.

Google, Facebook, Amazon ont fait figure d’exemples : le contenu que vous trouverez via ces systèmes sont fonction de vos amis, de vos goûts et de vos habitudes. Permettant de centrer Internet sur l’expérience utilisateur et de reproduire les interactions que vous pourriez avoir dans un vrai commerce face à de vrais vendeurs. Ce qu’un catalogue papier, un journal ou un livre, ne pourrait pas faire.

La question est alors : comment éviter de créer des bulles hermétiques à la nouveauté ? Si votre contenu est celui de vos amis, et celui de vos amis votre contenu (vous suivez ?), comment découvrir de nouvelles choses ? En ajoutant de nouveaux amis ? Cela ne semble pas suffisant.

Je n’ai aucune réponse, il n’y en avait pas non plus dans la présentation. C’est je pense un enjeu des entreprises du Net social. L’utilisateur devient rapidement dépendant des suggestions du service qu’il utilise (ça tombe bien, c’est leur modèle économique) : vos recherches ne sont pas neutres, elles sont biaisées. D’un autre côté, si tout le monde tombait sur les mêmes résultats, un moteur de recherche ne serait pas beaucoup plus qu’un annuaire. Proposer 50% de résultats aléatoires permettrait d’amener de la nouveauté, mais ne servirait pas les intérêts des fournisseurs. Le dilemme est compliqué, la question intéressante.

L’Internet de demain, c’est loin.

(Je me demande ce qu’en pense @RomainBlachier, habitué à parler du web)

Commentaires fermés sur l’Internet de demain, c’est loin

Classé dans Éclairs de geek

Le maillot domicile 2014/2015 de l’Olympique Lyonnais

Il vient de sortir, le maillot que porteront les Gones la saison prochaine. Fini le scapulaire, place aux fines rayures horizontales qui rappellent un peu le maillot de l’Equipe de France. Un peu vide mais élégant.

A noter les 4 joueurs formés au club et le petit Ferri qui pique la vedette à Grenier et complète le trio des hommes forts de la saison (vivement que Grenier et Gourcuff nous reviennent !)

Commentaires fermés sur Le maillot domicile 2014/2015 de l’Olympique Lyonnais

Classé dans Éclairs de sport

Faites des économies grâce à Democracia

Le titre est peut-être présomptueux. Qu’importe. Je voulais vous présenter le projet sur lequel je travaille ces derniers temps. Je n’en suis pas à l’origine, je me suis greffé à l’équipe (de une personne) pour donner sa chance à cette idée.

Democracia est une plateforme de mise en relation entre les gens qui ont des problèmes et ceux qui peuvent apporter les solutions, le tout de manière géolocalisé pour que des communautés se forment (et idéalement travaillent à améliorer leur quotidien).

Jetez-y un coup d’oeil ici

Et les économies me direz-vous ?

C’est en lien avec l’article que nous avons publié sur la page Facebook du site. Une adolescent qui s’est rendu compte qu’en changeant la police utilisée par l’administration américaine, ils pourraient économiser des centaines de milliers de dollars. C’est le genre de solution que vous pourrez trouver sur Democracia, quand le site ouvrira !

3 Commentaires

Classé dans Éclairs moi de ta sagesse