Skyfall


Comme si le ciel leur était tombé sur la tête.

James Bond Skyfall Daniel Craig

(c) Allociné

Je vais essayer de ne pas trop écrire sur le sujet. Gardez bien cette phrase en tête, 20 lignes plus bas, vous pourrez rigoler.

Ce nouveau James Bond est résolument… nouveau. Et l’on devine aisément que le but de Sam Mendes (American Beauty, Les Sentiers de la Perdition) ait été de tabler sur l’authenticité, d’entrer plus en profondeur dans le MI6 (bien que le budget soit du même ordre de grandeur que Quantum of Solace : 200 millions d’euros).

Quand je parle d’authenticité, je ne veux pas dire qu’il se rapproche des premiers opus de la saga, bien loin de là, je veux dire qu’on découvre un James Bond encore plus réel, plus vrai et du coup plus touché. Toute l’ambiance, des lieux aux gadgets, en passant par la voiture transpirent la sobriété et la Grande-Bretagne. Sans vouloir trop spoiler, fini les course-poursuites, les lieux exotiques et les James Bond Girls torrides (pourtant, la belle Bérénice Marlohe aurait tenu le rôle !) .

Bérénice Marlohe Skyfall

Enfin, ils y sont, mais moins. Tout est moins marqué. L’agent britannique se révèle plus terre à terre, plus froid. Vous pourriez croire en lisant ces lignes que je n’ai pas apprécié le film. Et pourtant si ! Le film est très bon, l’histoire est cohérente, les scènes s’enchaînent bien. C’est juste que plusieurs symboles sont partis. Et la fin est… Skyfall.

Le générique d’ouverture est par contre toujours dans le même esprit, sur la magnifique chanson d’Adele, et c’est un plaisir, tout comme finalement la construction du film. C’est juste… un nouveau Bond. James Bond.

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Éclairs d'art

Une réponse à “Skyfall

  1. minijupe69

    Bon ça tombe bien, je voulais pas aller le voir !…