Les Fausses notes socialistes, le film de la rentrée


un film de François Hollande, avec Jean-Marc Ayrault et son gouvernement.

Ce midi, Vincent Peillon expliquait (martelait serait plus juste) sur BFMTV que toutes les fausses notes de cette rentrée scolaire, notamment les 13 000 suppressions de postes d’enseignant, étaient de la faute du précédent gouvernement qui avait saccagé l’enseignement en France.

Petite réflexion en passant, et qui n’est en fait qu’un rebond des discussions précédentes, après 3 mois de service, le gouvernement ne pouvait-il pas faire quelque chose contre ça ? Hollande qui avait promis des créations de postes étalées sur cinq ans commencent donc par des suppressions car c’est bien sous son gouvernement, et donc sa responsabilité, que ses suppressions se sont déroulées.

Et puis vint cette nouvelle info croustillante (je suis en période croustillante) : en Corrèze, le transport scolaire ne sera plus gratuit.

Alors je me demande ce que répondra à cela l’homme responsable de la Corrèze depuis bien des années : la faute à ceux d’avant encore ? Car pour le coup, nul doute qu’il est responsable de la situation désastreuse de ce département, le plus endetté de France, et responsable de ce véritable recul pour les collégiens et lycéens.

Il va falloir accorder les pipeaux pour continuer à endormir les Français avant de ne sombrer plus encore.

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

4 réponses à “Les Fausses notes socialistes, le film de la rentrée

  1. Tu voudrais former 10000 profs en trois mois ? Ah ! C’est vrai ! Sarkozy a supprimé le formation…

    • ValLeNain

      je sais pas, c’est un drôle de début pour quelqu’un qui a fait de l’EdNat sa priorité (enfin, il avait semble-t-il beaucoup de priorités dans ses discours)

  2. Pingback: Après les promesses, place à la réalité !

  3. Pingback: L’éternel retour du concret économique | Troisième Voie