La panne du réseau Orange fut-elle si dramatique ?


Orange panne réseauVous le savez certainement (parce que vous êtes tous des gens informés, ou parce que vous en avez été victime), l’opérateur Orange a connu une panne nationale sur son réseau entre vendredi et samedi (6 et 7 Juillet, donc).

Orange a donc prévu une indemnisation pour s’excuser auprès de ses clients de ces quelques heures durant lesquelles le monde est soudain paru vaste et mystérieux. C’est un beau geste.

Et là, je viens de tomber sur un article du Figaro citant l’UFC-Que Choisir et Familles Rurales qui s’insurgent de cette indemnisation « mal adaptée » et qui n’aurait rien de « généreuse ».

L’UFC met en avant le fait que l’indemnisation sera une journée gratuite de communications, à la rentrée, et que donc ceux qui partent d’Orange ne pourront pas en bénéficier, et que ça ne changera pas l’impact dans les porte-monnaies, etc. etc. (C’est vrai que l’impact de quelques heures de panne sur un forfait à 20€ avoisinerait au moins les 70cents !).

Familles Rurales cite quant à elle l’arrêté du 26 mars 2006 qui obligerait les opérateurs à indemniser leurs clients. Les associations de consommateurs seront bientôt pire que les syndicats : se plaindre pour se plaindre, vouloir toujours plus, se foutre complètement des conséquences de telle ou telle revendication, chercher continuellement la petite bête. Ça m’horripile. Oui, vous avez bien lu.

D’autant qu’à la lecture dudit arrêté, il apparaît que l’opérateur à l’obligation de respecter les engagements qu’il a écrits dans le contrat qu’a signé le client, et qu’il a obligation de faire figurer dans ce contrat l’indemnisation possible en cas de dysfonctionnement de son service. Je pense donc qu’il a notamment le droit de dire qu’il n’y en a aucune (je ne sais pas ce qu’à écrit Orange, il faudrait que je relise le mien). Auquel cas, libre au citoyen d’aller voir ailleurs si cela ne lui convient pas.

Je n’avais pas écrit depuis ce dernier billet du Dico des blogs (qui continue son chemin, j’espère), voilà la parfaite occasion de pousser un coup d’gueule contre ces personnes qui font d’une panne passagère une affaire d’état. Presque pire que des syndicats j’vous dis !

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

6 réponses à “La panne du réseau Orange fut-elle si dramatique ?

  1. J’avais même pas fait gaffe que le réseau marchait pas…
    (bon billet)

  2. Hugo

    Je ne sais pas quoi penser à propos de ton article, ce qui me dérange un peu c’est que cette panne ne va finalement rien coûter à orange vis à vis du manquement de service auprès de ses clients. (alors que 70cts * 27 millions c’est déjà quelque-chose).

    Plus que 1€ de moins sur une facture, c’est l’idée qu’Orange de doit pas rester impuni que je défends et dans cette optique, je comprends les associations de consommateurs qui réclament une indemnisation réelle. (plutôt que la solution proposée par orange)

    Sans se placer du côté des clients mais du côté de l’état, doit on laisser impuni un manquement de service d’une telle ampleur ?

    Après, est-ce qu’Orange est la cause de la panne (manque de moyens investis dans la prévention ?) et mérite d’être sanctionné pour celle-ci ? après la lecture de cet article  » http://www.degroupnews.com/actualite/n7809-panne-orange-stephane_richard-assemblee_nationale-reseau.html?page=1  » je dois dire que je ne suis sûr de rien.

    • ValLeNain

      Le cas d’Orange est un peu délicat car c’est une entreprise en partie publique (l’Etat en étant le principal actionnaire). Cela dit, la gestion d’une panne, et notamment la possible indemnisation, doit correspondre à la politique de l’entreprise (dans le cas général, le cas des boites publiques étant plus compliquée) : on ne devrait pas l’obliger d’indemniser qui que ce soit ; et c’est ensuite aux clients de décider du niveau de service qu’ils attendent, en sachant que si celui de l’entreprise ne leur convient pas, ils en changent, point.
      Laissons les entreprises décider de leur manière de gérer les clients.

      • Hugo

         » c’est aux clients de décider du niveau de service qu’ils attendent, en sachant que si celui de l’entreprise ne leur convient pas, ils en changent, point. »

        Je pense que le niveau de service annoncé par orange ne prévoit pas que le réseau soit coupé pendant une journée. 😉
        Dans le cas d’un service important comme celui de la télécommunication, il est normal, je pense, que l’état ait son mot à dire, mais bref.

        Au delà de cette affaire de téléphonie, le problème est que quand l’on met des entreprise directement face au client le rapport de force est ridicule, d’où l’importance, à mon avis, des associations de consommateurs.

        L’idée est que : bien sur, en prenant 3h de ton temps + deux lettres recommandées, tu vas pouvoir te faire rembourser les 2€ que ton fournisseur internet/ta banque/ ton assurance … t’as scandaleusement (et je pèse mes mots ! ^^) escroqué. Mais que à coté de toi il y a 1000 autres personnes qui se sont laissé faire car après tout, ce ne sont que 2€ ou 99cts.
        Les associations de consommateurs recherchent la petite bête, mais c’est parce qu’au bout de la chaîne, ces quelques centimes se transforment en millions que l’entreprise gagne de façon frauduleuse.

        Je reste donc persuadé que ces associations ont une grande importance en France pour rétablir un rapport de force respectable entre le client qui reste faible et des entreprises qui deviennent toujours plus puissantes. (d’autant plus que le recours collectif n’est toujours pas autorisé en France : http://fr.wikipedia.org/wiki/Recours_collectif )

        • ValLeNain

          « Dans le cas d’un service important comme celui de la télécommunication, il est normal, je pense, que l’état ait son mot à dire, mais bref. « >>Je pense personnellement que l’Etat n’a son mot à dire dans aucun service s’il est géré par une boite privée 😉

          Tu parles de scandaleusement escroqué, il faut regarder les choses en face, si rien n’est précisé dans le contrat que tu signes, ou au contraire, si c’est précisé ainsi dans ledit contrat, ça n’a rien de scandaleux, soit tu n’as pas voulu lire et c’est de ta faute, soit tu n’as pas compris et tu as signé quand même, et là… c’est encore de ta faute. On ne va pas demander aux entreprises de mettre en place des moyens qui répondent à toutes les possibles problèmes des clients sans qu’ils n’aient à lever le petit doigt.