Alors que le futur président doit déjà avoir gagné


La plupart des Français ont déjà voté et quoiqu’en dise les médias (qui, après avoir raconter n’importe quoi sur Mélenchon, racontent peut-être aussi n’importe quoi sur le score du second tour), je ne pense pas que ça sera si serré : je pense même que le futur président est déjà officieusement élu à ce moment de la journée.

Je n’espère donc convaincre personne. J’avais juste envie de faire part de ces petites remarques qui agrémentent la journée.

Je ne sais si la France est forte, je ne sais sur qui remettre la faute de tout ce qui peut arriver mais céder à la tentation du rêve qui, évidemment en période de crise, attire toujours plus que l’autre, ce n’est pas faire son travail de citoyen : nous ne sortons pas d’une ornière sans mettre les mains dans la boue, nous ne sortirons pas d’une crise sans se salir les mains.

Les #JeMeSouviens des sympathisants socialistes sur Twitter sont nombreux. Ils se souviennent de beaucoup de choses de ces 5 dernières années, comme quoi, ce quinquennat aura au moins le mérite d’avoir été marquant. Ils font aussi abstraction de beaucoup de choses. On pourrait se souvenir de ce qui a sali le PS, car les affaires ne manquent pas.

Enfin, il n’y aura pas à être triste ce soir, quelque soit le résultat. On appréciera même d’en voir certains fêter l’heureux élu comme un on célèbre un sportif, et l’on pourra se réjouir qu’en France, encore, la politique est proche du peuple et qu’elle l’anime à chaque fois qu’elle doit se renouveler.

Nous finirons sur cette petite chanson, reprise du passage culte du débat d’entre-deux tours, que Gildan a eu la bonté de publier. Et qu’importe qui sera président, nous serons toujours là, et puis commence bientôt un autre match, celui de l’OL contre Brest.

Publicités

Commentaires fermés sur Alors que le futur président doit déjà avoir gagné

Classé dans Éclairs orphelins

Les commentaires sont fermés.