Et dans un dernier battement d’ailes


Le Coucou est parti

Le Coucou

Le Coucou est mort.

Pas d’euphémisme pour l’annoncer, les pirouettes et prouesses littéraires, elles lui appartenaient. Je n’ai jamais rencontré d’autres blogueurs pour l’instant, je ne pourrais donc jamais le rencontrer et même si je me relis sur mon écran d’ordinateur, éloigné de quelques centaines de kilomètres du personnage, j’en suis déçu.

Déçu d’avoir loupé un blogueur engagé, avec qui je n’étais pas du tout sur la même longueur d’onde mais avec lequel le débat n’aurait pu être qu’enrichissant.

Déçu de n’avoir jamais trouvé de réponse à ses rébus, qui étaient devenus le rendez-vous du Dimanche des blogueurs cultivés et joueurs.

Déçu finalement que l’ordinateur et le web ne puissent pas remplacer les rencontres et les face à face vivants.

Je ne suis pas le seul à lui rendre hommage aujourd’hui, beaucoup d’autres le font.

Nicolas | Gaël | Juan | Marc | Rimbus | Gildan | GaucheDeCombat | Philippe | Dadavidov | David | Trublyonne

C’est con, je fais une liste de liens qui me fera gagner des points au Wikio alors que je souhaite m’associer à eux pour ce dernier hommage. A croire qu’il n’y a que la mort qui compte dans les médias…

Il faudra que je participe rapidement à un KdB, histoire de ne pas avoir à renouveler de pareilles erreurs.

Un Faucon nait, un Coucou meurt.

Longue vie aux deux, dans un monde comme dans l’autre.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Éclairs d'en haut

4 réponses à “Et dans un dernier battement d’ailes

  1. tu as raison. on néglige trop les rencontres proposées par les copains. Amitiés. Philippe.

  2. Merci pour lui, pour ses enfants, …

  3. Que dire de plus !
    Je suis triste . Comme beaucoup .

  4. Pingback: Un coucou de là-haut | Alter Oueb