Écrirait-on comme on veut sur les blogs ?


C’est dans les commentaires d’un article d’un blog du Monde que j’ai trouvé de quoi faire un tout petit billet. Au commentaire plutôt excité d’un internaute qui trouvait inadmissible le nombre de fautes sur une page du Monde, un autre répondait « C’est un blog ».

Voilà peut-être pourquoi les blogs ne sont pas pris au sérieux, ils traînent encore derrière eux l’image du skyblog qui fit leur renommée il y a quelques années de ça. En tout cas, dans l’esprit des gens, un blog c’est un endroit où l’orthographe est dévisagée et qui s’adresse aux pré-ados.

Mais c’est en train de changer.

(La recherche Google Images pour Skyblog vaut le détour…)

Advertisements

9 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

9 réponses à “Écrirait-on comme on veut sur les blogs ?

  1. Ju

    Je pense que tu ne prends pas cette critique sous le bon angle. Le « c’est juste un blog » qu’il m’arrive aussi de dire, ne serait pas pour mettre une distance. Sur un blog, on s’e fiche à lla limite de l’orthographe, des conventions qu’elles viennent de la littérature ou des médias. Sur ton blog, tu es chez toi, tu y fais ce que tu veux et c’est ça qui est cool; Après, pour le « juste », il ne faut pas attendre la rigueur d’un grand journaliste, le phrasé de Tolstoï. C’est un blog, not mmore, et c’est ça qui fait sa richesse.

  2. Pour autant qu’on soit entré dans l’ère de l’info participative, la faute de frappe, de grammaire ou d’orthographe, quand elle n’induit pas un contresens, ne doit pas être négligée sous prétexte que « c’est un blog », quel que soit le ton qu’on ait voulu donner à cette réponse.

    Pour le respect des lecteurs et pour renforcer l’image de qualité d’un travail suivi par une équipe, les fautes doivent être corrigées, ou du moins, signalées.

    Et en ça, je trouve les commentaires dans les blogs qui ne se limitent qu’à « Y a une faute », sans la signaler sont pires que les fautes elles-mêmes.

  3. D’accord avec Ju et Zette (à quelques nuances près). Les fautes d’orthographe dans un blogs sont tolérables (d’où la réaction « normal, c’est un blog ») parce que le blogueur n’a pas une équipe de rewritter pour tout vérifier et il n’y a pas de contrainte commerciale.

    Il n’empêche qu’il faut faire gaffe parce que les fautes nuisent à l’image du blog, voire, d’une manière générale à l’image de la blogosphère (l’effet Skyblog signalé par le taulier). Rien ne m’énerve plus que de voir des bons blogs politiques qui font plein de fautes car, même s’ils ont un bon contenu, nuisent à l’image de la blogosphère.

  4. monsieurzubial

    Je pense que c’est le travail de tout à chacun, sur un blon ou ailleurs de relire ses textes. La faute est pardonnable mais parfois celles-ci sont tellement nombreuses que la lecture du texte devient saccadée, énervante et perd de son intérêt alors que l’idée est bien présente.

    Combien de fois je me suis entendu dire que l’article était fondé et fort intéressant mais me suis refusé à le partager à cause de l’orthographe, grammaire, syntaxe affreuse.

    j’ajouterais que la maitrise d’une langue parfaite n’est pas chose aisée et nécessite un travail quotidien mais c’est là la beauté de la langue française et contribue à la pérennité d’usages normés et justifié des arcanes d’une langue.

    • Oui, mais un spécialiste en économie ne pourra pas avoir une langue parfaite, l’essentiel est de faire passer un message, c’est très compliqué, tout ça.

      • monsieurzubial

        encore faut-il que ce message soit compris, d’où la nécessité d’un langage qui tend à l’absence de fautes. Tout le monde commet des fautes, l’essence de l’article ici est, selon moi, que si l’on apprécie une idée que l’on veut faire passer on s’attache à la rendre le plus lisible possible.

  5. Mais on est d’accord ! Prenons un exemple au hasard : moi. J’ai « l’obligation » de ne pas consacrer trop de temps à mes billets (c’est mon style de blogage, une écriture intuitive). Donc je fais des fautes (pas beaucoup, mais trop quand même, j’ai surtout l’habitude d’oublier des mots).

    S’attacher à la « lisibilité d’une idée » ne concerne pas que l’orthographe, mais tout le texte. Or, si un blogueur fait un texte vraiment travailler, il devient illisible et inutile parce que le public lui préfère toujours les professionnels…

  6. C’est pas fait avec un Apple, ça se voit tout de suite… ;o)))

  7. Pingback: Demandez le Programme! 21 juin, Faites de la Muzik… « ‘’ Ce Que Je pense ‘’…