Le sans-faute


Vous savez tous que le Parrain a lancé, sur une idée originale de Vlad ne l’oublions pas, une sorte de série  » Posez moi vos questions ». Le concept est simple, tout commentateur est invité à lui poser des questions sur les blogs, ses blogs, la blogosphère, le bloguage, les blogueurs. Au début, ça se voulait très technique, et puis ça s’est élargit.

J’ai donc réalisé un petit sans faute donc je ne suis pas peu fier : 4 questions, 4 réponses sur les 4 différents blogs du Taulier.

Je vous en fait un petit résumé.

Question 1 : Pourquoi la blogosphère est à gauche ? (sur jegoun.net)

C’est vrai quoi, hormis quelques Corto et FalconHill, la blogosphère est plutôt rouge rosé. Je me demandais quelle explication pourrait-il y apporter, lui qui baigne dans le milieu depuis quelques années. Je me demandais pourquoi la Droite a-t-elle besoin de lancer des opérations quasi-militaires pour reconquérir le web, pourquoi la gauche, elle, y était tellement implantée. J’en retiendrai « il est plus facile d’être dans l’opposition que dans la majorité », ce que je partage, puisqu’effectivement, le rôle de la Gauche est de contester alors que le gouvernement est attendu au tournant puisqu’il doit donner des résultats (vous imaginez demandez des résultats à Hamon ou Hollande ? Arf :D) ; ainsi que « on est plus « collectivistes », on se fait des liens, on se commente, on s’encourage » ce qui serait donc une caractéristique des gens de gauche. Là, je suis plus dubitatif. M’enfin, c’est sa réponse.

Question 2Pourquoi les sites de presse ne linkent pas les blogs ? (à la Comète)

Cela est en lien avec la question 3. C’est un question de crédibilité des blogs en quelques sortes. C’était pour savoir si j’étais le seul à penser que les journalistes avaient peu peur de donner une part du gâteau aux blogs, ce qui aurait pour dramatique conséquence que les gens prennent conscience de la facilité de trouver des informations sur le net d’une part, et de la qualité de celle-ci. Qualité pas forcément littéraire, ni que ce soit vraiment intéressant, mais ce sont toujours des avis bons à prendre, qui sont moins guidés par une ligne éditoriale, et plus sympas à lire. « les conneries que l’ont peut raconter n’ont qu’un vague intérêt par rapport à ce que les journalistes ou les éditorialistes peuvent produire » écrit-il. Je ne sais pas. Elles n’ont pas d’intérêt parce qu’on ne leur en donne pas. La télé-réalité aurait pu avoir peu d’intérêt si on ne l’avait pas surmédiatisée et considérée comme « le truc qui va changer ta télé ». Je préfère donc sa conclusion : « les journalistes n’ont pas nécessairement envie d’envoyer leurs lecteurs se rendre compte qu’en suivant une dizaine ou une quinzaine de blogs, ils trouveront tout autant d’informations intéressantes mais souvent plus rigolotes »

Question 3 : Pourquoi es tu si attaché à ce que le blog reste très personnel/privé/amateur ? (au bistro geek)

Cette question découlait de l’article sur ce blogueur américain qui a réussi à avoir une carte de presse. Pourquoi le blog doit-il rester cet endroit très personnel où l’on s’amuse entre prétendants aux premières places du Wikio ? Nicolas sur ce coup n’a pas vraiment répondu à la question que je me posais. Je pense en effet que le blog peut devenir une grosse plaque tournante de l’information en gardant son statut de blog, même si la différence entre un site de presse et un blog tendra à diminuer (typiquement, le Journal du Geek est-il un blog ou un site de presse ?). Le blog ne serait-il que le format, peu importe le contenu et la fréquentation ? Nicolas dit ceci en parlant du blogueur dont je parlais plus haut : « C’est grotesque. Je ne revendique aucun statut particulier. Ce qui fait d’ailleurs l’intérêt des blogs… ». Je pense que les blogueurs peuvent demander un statut particulier dès lors qu’ils rentrent dans le domaine presque public.

Question 4 : A propos de Didier Goux (au bistro)

Si cette question semble plus décontractée et moins sérieuse, elle était pour moi tout aussi importante. Didier Goux est un peu un mystère pour moi. J’aurai tendance à dire qu’il est de droite sans pouvoir vraiment l’affirmer, il me semble cultivé, certainement qu’il n’a plus mon âge… Mais qui est-il dans cette blogosphère ? Nicolas semble être passé par ces questions aussi. Il m’a donc parlé de comment s’étaient-ils connus et quelles étaient leurs relations aujourd’hui (sans aller dans l’intime, paraîtrais que ça ne se fait pas). J’aurai aimé savoir ce que représentait pour lui et pour la blogosphère ce blogueur qui apporte tant de visiteurs dès qu’il fait un lien, lien qu’il fait si rarement. Didier Goux est mystique, à n’en pas douter.

Advertisements

6 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

6 réponses à “Le sans-faute

  1. C’est vrai qu’on est cerné par de nombreux gauchistes dans la blogosphère…

  2. Pour en revenir à Didier Goux, il faut le voir comme le Dark Vador de la blogo, et nous, comme les Rebelles. Sous cet angle tout devient clair. Il est le père de Nicolas.

  3. Pas mieux, un vrai sans-fautes…
    Et voyant « Didier Goux » un peu partout dans la blogosphère, je croyais que c’était un robot. Il existe donc vraiment ?
    😉

  4. Marco : je peux vous confirmer ma non-existence, contrairement à ce que croient tous ces naïfs.

    Cela dit, le père de Nicolas, faut pas pousser Mémère dans les orties ! Je ne suis tout de même pas si vieux…

    Quant à mon mysticisme… On peut être mystique en étant incroyant ? Difficile, non ?