Je possède (un smartphone) donc je suis


Romain de Variae me propose de participer à mon tour à la chaîne initiée par le candidat Dublog : les smartphones ont-ils changé ma vie ? Ce qui pourrait faire un superbe reportage soporifique et pseudo-émouvant dans 7à8 devait m’interpeller : j’utilise un smartphone (bon point de départ), je suis d’assez près l’évolution des technologies lié à l’informatique, l’électronique ou l’information. Le smartphone au temps des Westerns

Premièrement, bien qu’une partie de moi me souffle de me taire sur ce point parce que ce n’est pas très bon pour l’orgueil, l’égo et toutes ces manifestations de mon Moi intérieur : un smartphone change une vie parce qu’on peut fièrement et d’un geste finement calculé dégainer l’appareil pour dire « attend je regarde sur le net ». On ne le dit pas assez, le smartphone, c’est un effet de mode, BlackBerry en conçoit depuis déjà pas mal d’années, ce n’est que depuis 2-3 ans qu’il y a un réel essor (tous les forfaits, les pubs tournent autour du smartphone aujourd’hui). Bref, il s’ajoute à la longue liste des objets inutiles donc nécessaires dans laquelle figurait déjà la Rolex, la chaîne en argent, les lunettes noires d’intérieur…

Secondement, et bien que cela ne se dise guère, le smartphone est quand même sacrément utile. Romain parlait du rapport à l’information qui changeait totalement, je suis d’accord avec lui. Être branché pendant toute la journée sur une source d’info en continue permet de mieux appréhender celles que l’on recevra par d’autres voies. Exemple, Monsieur Gusse me parle avec un air effrayé et les yeux écarquillés d’une terrible explosion survenue à l’Elysée, je peux le rassurer en lui certifiant qu’il s’agit d’un coup médiatique monté par une agence de pub, info qu’il n’a pas pu avoir car trop fraîche. Bon, j’avoue que ces situations ne courent pas les rues, pour peu que les situations sachent courir.

Tertiairement, et rien à voir avec les services, c’est tout de même plus complet qu’un téléphone mobile classique. Par complet, j’entend que l’accès aux divers services (finalement il y a peut-être un rapport avec les services) multimédias sont de meilleure qualité et plus en phase avec ce qui se fait aujourd’hui. Plus complet aussi car l’accès à Internet est lui aussi (et c’est un des points majeurs du smartphone) beaucoup plus développé : réseaux sociaux, mails, navigation. Le système de fonctionnement par applications permet de vraiment le personnaliser suivant ses besoins, il devient beaucoup plus qu’un téléphone portable et on ne pourra faire la célèbre blague « mais il fait téléphone quand même ?! » tant il est facile de téléphoner (d’avoir accès au répertoire, de voir le journal des appels) avec ces appareils.

Conclusion : les smartphones changent énormément la vie. Sans apporter un plus vraiment conséquent, ils deviennent un moyen de divertissement et d’information fort agréable, si bien que le retour à des mobiles classiques doit être compliqué.

Et puis, pour les blogueurs, vivre sans Twitter sur son mobile doit être infernal…

blogueuse en vacances

blogueuse en vacances

 

(j’essaie de prendre le réflexe de mettre un mec quand je mets la photo d’une nana

pour faire plaisir à Olympe, et puis c’est d’actualité avec cette histoire de machisme dans les blogs 😉 )

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Éclairs de science

5 réponses à “Je possède (un smartphone) donc je suis

  1. Tu crois qu’elle a fait une injection de silicone la poule allongée sur le sable ???

  2. Je crois que les smartphones ont dépassé le simple effet de mode. C’est probablement par mode qu’on les achète, mais on devient vite accroc. Donc pareil pour l’égo. On ne le sort plus par égo (d’ailleurs « tout le monde » a un smartphone) mais parce qu’on va « trouver une réponse ».

  3. DF

    Machisme (pour rebondir sur la conclusion de votre billet)?
    C’est assez vrai dans le politique, encore plus dans la « réacosphère » (catho/identitaires/droite façon de Villers/islamophobie/etc.) Mais euh, étant plutôt actif dans la blogosphère du livre, je fais figure d’espèce rare en tant qu’homme… la virilité supposée de la blogosphère est donc à nuancer, à tout le moins. A telle enseigne qu’il existe des reportages sur les mecs de la blogo du livre (à voir sous http://www.leglobelecteur.fr ).

  4. Ben moi, je n’ai toujours pas de Smartphone ! Pas de compte Twitter …
    Et ça va !

    Pour l’instant, je tiens !
    🙂