Nos élus les élites


Une chaîne très intéressante tourne ces temps, lancée par Gabale.

Il est question de savoir comment faire pour que les élus représentent un peu plus le peuple, ceci après observation de ce joli tableau produit par l’Observatoire des Inégalités.

 

L’exemple est pris sur les ouvriers (ce sont des gens de gauche qui s’inquiètent des ouvriers… :P) : alors qu’ils représentent 28% de la population active (les chiffres ne portent que sur les communes de plus de 3500 habitants, faut-il le préciser), ils sont en sous-représentation chez les conseillers municipaux, quasi-inexistants chez les Maires, et totalement absents de l’hémicycle.

Plutôt que de savoir comment faire pour qu’il y en aient plus, ce que je trouve bête, je vais plutôt m’intéresser à pourquoi n’y en a t-il pas plus.

A mon avis, deux raisons expliquent cela :

– Premièrement, les ouvriers ne se présentent pas. Ou peu. Les ouvriers sont peut-être un peu plus touchés que les autres catégories présentées dans ce tableau par la crise, les problèmes financiers, etc. D’où un intérêt peut-être moindre pour la politique, préférant régler leur petite situation avant de s’occuper de celle des autres (la tournure de la phrase les ferait presque passer pour des égoïstes, ce n’est pas le but). Rappelons que voter ou se présenter à une élection, c’est un droit et non un devoir. On ne peut donc pas forcer des ouvriers à se présenter, on peut donc difficilement se plaindre de leur sous-représentation.

– Deuxièmement, les gens ne veulent pas voter pour des ouvriers, sauf peut-être les ouvriers eux-mêmes. Je ne veux aucunement les considérer comme incapables d’assurer des fonctions d’élus, mais je pense qu’il est plus « rassurant » de voter pour quelqu’un qui donne l’impression d’être plus apte à la politique (la tournure de la phrase les ferait presque passer pour des incultes, ce n’est toujours pas le but). J’ai un ami par exemple qui voue une admiration absolue pour quiconque sort de l’ENA, et pense que tout membre du gouvernement doit en sortir. Et pourtant, il se veut du mouvement ouvrier. A plus petit échelle, on n’attend pas qu’un maire ait fait l’ENA, mais on peut attendre à ce qu’il sorte d’une bonne école, ou qu’il ait déjà fait de la politique, ou que ce soit un intellectuel. Mais le tableau est sans doute faussé par le fait que les communes de moins de 3500 habitants soient ignorés, ce sont dans celles-ci, majoritaires en France, qu’il y a le plus d’ouvrier, et qui ont souvent des ouvriers, ou en tout cas des gens du peuple, à leur tête.Charlie Chaplin et les Temps Modernes

J’en viens maintenant à expliquer pour il ne faut pas vouloir imposer des ouvriers dans les hautes fonctions. D’une part, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’ouvriers élus qu’ils n’y a pas d’élus qui les représentent : il me semble que certains partis de gauche en font leur combat d’ailleurs. Enfin, tout comme j’ai déjà expliqué pourquoi il ne faut pas imposer la parité en politique, il ne faut pas imposer une certaine catégorie sociale en politique. On doit être élu pour ses compétences par pour son origine.

L‘important, c’est qu’il y ait, à la base, la même possibilité pour un ouvrier et un pour un énarque d’être élu. Après, c’est à eux de prendre leurs responsabilités et de se présenter, les statistiques tendent à montrer que ce sont plutôt les intellectuels qui font ce pas ou que ce sont en eux que les gens ont plus confiance, voilà tout.

Sont invités à participer : Marc Vasseur,Romain PigenelRomain BlachierJuanDagrouikYannNicolasSeb MussetDedalus, ou encore Juju et Melclalex. La RénovitudeAbadinte, DPP, GdeC, Elmone, Loudl, Dadavidov, El Camino, et l’oiseau. Un raleur de plus, Gérard Mentor, le Griffon.

J’ai lu leur réponse : Variae, Homer, Stef.

Publicités

14 Commentaires

Classé dans Éclairs moi de ta sagesse

14 réponses à “Nos élus les élites

  1. Le thème est faussé : je suis cadre, fils de cheminot (qu’on peut apparenter à un ouvrier, non ?), et je me présente : je suis élu : de deux choses l’une : soit je représente les intérêts de ma classe d’origine, soit la mienne…. soit, ce qui est plus vraisemblable, si je ne suis pas un arriviste traitre à mes origines, les deux. CQFD….

    • ValLeNain

      Je suis assez d’accord avec le fait qu’il n’y a pas forcément que des ouvriers pour représenter les ouvriers en politique…

  2. Merci pour le tag mais j’ai expliqué que je ne répondrai pas. Sortir des platitudes à propos d’un sujet qui n’a pas de solution et déjà traiter par des confrères ne m’intéresse pas…

    • j’aurais assez tendance à penser comme Nicolas…surtout qu’élu je ne vois pas en quoi je serais une élite…lorsque j’ai été élu j’étais chômeur longue durée.

  3. par ailleurs tu oublie un truc Vall: le problème principal des ouvriers pour faire de la politique, c’est leurs horaires fixes et non mobiles pour faire de la politique. C’est plus facile pour les cadres.

    • ValLeNain

      je ne pense que les horaires aient un grand rapport dans la sous-représentation des ouvriers. Celui qui veut faire de la politique peut, il me semble, trouver du temps pour le faire. La preuve avec les employés, qui eux aussi dans la majeure partie des cas, ont des horaires fixes.

      • Oui et il y a peu d’employés en politique aussi…
        Je bosse et je suis élu, je sais ce que ça veut dire de conjuguer les deux.

        • ValLeNain

          je reste à penser que c’est le cas dans les petites et grandes villes (et grosses communes). Dans les communes de moins de 3500 habitants (comme il y en a tant par chez moi), ce ne sont que des employés, des ouvriers ou des agriculteurs aux conseils municipaux

          • Oui parce que c’est moins chronophage quand tu es dans un village de 450 habitants (et y’a moins d’ouvriers) mais quand tu dois gérer 74000 habitants (mon arrondissement) c’est plus dur pour un employé ou un ouvrier en termes de temps.

            Par ailleurs ta réflexion te contredit toi même. Cela invalide ton titre sur le fait que les élus sont une élite… »ce ne sont que des employés, des ouvriers ou des agriculteurs aux conseils municipaux » tu appelles ça une élite? Moi pas.

          • ValLeNain

            ils ne représentent pas une élite pour moi, j’utilise le terme élite dans le titre parce que c’est ainsi qu’ils sont vu par beaucoup (comme je le dis dans mon deuxièmement). Je trouve qu’au contraire, ce sont des gens comme nous, qui peuvent faire des erreurs comme nous, et qu’il est trop simple de leur demander d’être irréprochables quand nous le sommes pas nous même.

  4. Pingback: De l’inégalité sociale chez nos élus… « les échos de la gauchosphère

  5. Bien essayé !

    ^^

  6. Crapoto

    Disserter sur la composition sociologique de nos assemblée est une pure hypocrisie (du moins la source que l’on site). Je vous met en lien cette étude: http://www.contribuables.org/wp-content/uploads/2010/08/Monographie4sociologie.pdf

    Les fonctionnaires sont archis représentés dans nos assemblées: pourquoi?

    Il n’existe pas en France protection de l’élu au sens économique. Une fois perdu une élection, c’est le retour à la case départ. or, sur ce point, les professions publiques peuvent récupérer leur ancien emploi (elles se mettent en disposition lors de l’exercice de leur mandat). Pour ceux du privé, c’est démission et envoi de CV une fois de retour dans la vie non-parlementaire. L’injustice est ici il me semble: quitte à parler d’égalité, autant faire en sorte que les potentiels de chacun puissent bénéficier d’un égal accès à la fonction parlementaire en terme de minimisation des risques.

    Après, avoir des ouvriers ou non, c’est aussi une question de bon sens. Quand on cherche qq’un pour réparer sa voiture, on engage un garagiste. Quand on cherche qq’un pour créer un texte de loi, on engage un juriste ou qq’un qui a une connaissance du dossier. Le PCF a longtemps endoctriné ses membres élus pour faire croire à la maîtrise technique des dossiers parlementaires. Le rideau de fumée n’existe plus aujourd’hui…