Jules Verne à l’honneur


Jules Verne, le Grand ÉcrivainJe parle souvent des Doodle de Google. Aujourd’hui, c’est le 183ème anniversaire de Jules Verne. Ce qui me fait deux raisons de parler de ce doodle : c’est un doodle, et Jules Verne est mon auteur favori.

El Camino en a parlé aussi, mais il ne doit pas assez visiter le 100 000 v, il pense que c’est le premier Doodle interactif. Il y a pourtant eu Pacman, et aussi celui sur John Lennon (mais moins interactif quand même). Et j’en ai peut-être loupé.

Jules Verne, né en 1828 à Nantes, mort en 1905 à Amiens.

Jules Verne, c’est cet écrivain scientifique presque visionnaire, le père du Capitaine Némo, du Nautilus, de Phileas Fogg, un enfant de la mer.

C’est cette faculté d’écrire à la fois un roman et une encyclopédie, ce pouvoir de faire voyager par les mots dans des contrés qui paraissent si fantastiques et pourtant si réelles.

Je viens de terminer les Enfants du Capitaine Grant et comme dans Vingt Mille Lieues Sous Les Mers j’ai découvert toute la beauté, la puissance, la fragilité et la force de notre planète, de ses tribus, de ses jungles et de ses déserts. J’ai découvert des personnages fiers et forts, nobles et courageux, d’autres fourbes, d’autres mystérieux, d’autres cruels, mais à chaque fois, j’ai ressenti cette même sensation sur la dernière page : cette sensation que l’Homme peut et sait faire de grandes choses sur cette grande planète, et cette excitation à l’idée que j’essaierai moi-aussi de vivre autrement qu’en suivant la banalité d’une vie rangée.

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Éclairs d'art

4 réponses à “Jules Verne à l’honneur

  1. Jules Verne a enchanté mon enfance (le plus souvent dans les versions abrégées de la Bibliothèque Verte), mais quand j’ai tenté de le relire voici une dizaine d’années, j’ai trouvé ça d’un ennui mortel. Et notamment Les Enfants du capitaine Grant.

  2. Un peu pareil que Didier, mais j’ai probablement arrêté plus tard, il y a une douzaine d’années, peut-être (donc au début de la trentaine, seulement). A cette époque, j’adorais lire ceux que je n’avais jamais lu (parmi les connus, il y avait justement Les Enfants du Capitaine Grant et Voyage au centre de la terre). Par ailleurs, je n’ai apprécié certains qu’avec l’âge, comme Capitaine Strogoff.

  3. J’avais oublié Pacman! Ce n’est pas vieux pourtant.

  4. ValLeNain

    @Didier Goux et Nicolas : j’admet trouver certains passages assez lourd de description mais il doit me rester assez de naïveté enfantine pour que ses récits m’enchantent encore

    @El Camino : prochain coup, je te fais l’affront de commenter ton article pour te le dire 😀