Archives quotidiennes : 11 janvier 2011

Hidden kiss, by Justin

Nous avons eu l’info !

Alors que tout portait à croire que Bieber était le charmant prince charmant, fidèle et débordant d’amour, de Selena, nous venons d’avoir la preuve que Bieber s’était envoyé en l’air avant sa chaude nuit d’amour !

La belle s’appellerait Michelle et serait canadienne, comme notre Justin, et ça se serait passé derrière un hôtel. De nos envoyés sur place, nous avons pu récolter quelques informations supplémentaires. En effet, des passants parlent de tignasse doré qu’ils ont vue faire des va et vient derrière des containers ? A n’en pas douter, il s’agissait de Jeebee !

Sexy Bieber Kiss Love Hot

c'était avant de passer derrière les containers

Nous avons essayer de contacter la Michelle en question mais elle est introuvable, certainement en train de se faire dorer dans une île paradisiaque, sirotant un sex on the beach pour se remettre de son sex behind the dustbin, séjour tout frais payés par son étalon.

Par contre, nous avons eu les commentaires de la douce Clara Morgane sur le sujet, qui se permet de croire que les passages par la France du chanteur lui aurait fait découvrir une frivolité que son esprit ne lui permettait même pas d’imaginer : le sexe, pour le sexe, rien que le sexe. Ca vous donne des ailes mieux que de boire un Redbull tout ça !

Voilà comment l’on transforme un jeune candide en étalon dévergondé, et pour une Selena Gomez de deux ans plus âgée, ça faisait toute la différence !

Sexy Justin Bieber Naked Torse Nu Beach

L’Étalon, par Bieber

 

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Éclairs au chocolat

Un mot de sympathie aux blogueurs Tunisiens, mais aussi aux autres

C’est dans mes cordes, et c’est dans ces termes que m’invite le Grumeau a témoigner mon soutien aux blogueurs Tunisiens.

Le problème, c’est que je ne sais pas qui sont ces blogueurs, j’ai beau lire des articles comme celui-ci, je ne vois que des témoignages de blogueurs qui m’ont l’air tout  de même bien libres.

Alors je vais surtout apporter mon soutien à la Tunisie, à sa jeunesse et à sa population, qui vit sa 1789 à elle. Rappelons que tout a commencé par l’immolation de ce jeune diplômé chômeur comme il y en a tant en Tunisie, le 17 Décembre, à Sidi Bouzid. La Tunisie, par cet homme, est passée à la seconde étape de l’expression de son malheur social.

Car il faut savoir que là-bas, la vie n’est pas rose. Le système éducatif est plutôt bon quoique le niveau pour obtenir les diplômes ait été volontairement rabaissé (pour plaire au plus grand nombre) et plusieurs dossiers montrent que c’est un pays qui s’en sort très bien dans cette Afrique.

Mais les diplômés n’ont pas de travail. Et pour cause, la Banque Mondiale rappelle que la majorité des activités du pays ne demandent que peu de qualifications alors forcément ça bloque. Et depuis quelques semaines, ça bloque encore un peu plus. Cette quasi-dictature imposée par le Président Ben Ali dans ce pays au parti presqu’unique commence à agacer. Alors voilà, la fougue de la jeunesse, la naïveté du jeune âge, ont poussé les jeunes à aller dans la rue, rejoints par le reste de la population : la Tunisie se révolte.

Que fait donc l’Etat pour résoudre le problème ? Tir à balles réelles dans la foule, tuant un peu tout ce qui se trouve devant la trajectoire de ces petits cylindres métalliques. Prouvant aux dubitatifs que la situation qu’ils connaissaient était bien orchestrée par un gouvernement qui n’accepte pas qu’on puisse le remettre en cause. La Tunisie vivait une sorte d’équilibre instable, il ne fallait qu’un petit évènements, une immolation par exemple, pour que tout foute le camp.

Que demande le Peuple ? Liberté, égalité ! La première figure déjà dans leur devise, aux côtés d’Ordre et de Justice. Mais vu la censure croissante que connaissent les internautes depuis le début de la révolution, on peut se demander s’ils l’ont eue un jour. Quant à l’égalité, il ne suffisait que de voir comment étaient attribués les boulots, de voir qu’appartenir au parti presqu’unique permettait d’avoir un boulot, qu’être un amis du pouvoir permettait d’être au dessus du système.

Voilà, pourquoi je les soutient, ces Tunisiens, parce qu’ils se battent pour les mêmes raisons qui ont poussé les sans-culotte à flinguer la Monarchie. Je ne serai pas contre que la France leur apporte son soutien aussi, mais je ne crois pas que ce soit son rôle, et puis, il faut leur laisser leur Révolution, leur fierté de se battre pour leur pays, en espérant, qu’ils gagneront.

6 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins