Ne mange pas


trop gras, trop sucré, trop salé !

Ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé !

Je viens de lire cet article du 20min. Il est question de malbouffe, je crois qu’avec l’Identité Nationale, c’est mon second thème préféré, je lie souvent les deux d’ailleurs.

Au risque de le répéter, rappelons quand même que le « repas gastronomique français » fait désormais partie du patrimoine immatériel de l’Unesco.

L’article parle des publicités de l’industrie agroalimentaire que l’on sert aux gamins sur les tranches horaires où ils sont benoîtement plantés comme des pioches devant la télé. Il parle notamment de la réaction de l’UFC-Que Choisir sur le sujet, et sensiblement, ils sont outrés. Outrés que ces industriels, tels Nestlé et Danone pour ne citer personne, continuent de privilégier ces tranches horaires, alors que plusieurs autres se sont retirés en accord avec une charte signée je ne sais pas trop quand mais on s’en fiche.

L’UFC faisait une fois de plus le rapprochement entre ce qu’on trouve dans les cartables des gamins, et ce qui passent sur leur écran : les mêmes barre chocolatées, les mêmes bonbons et les mêmes biscuits. Et ? Faut-il rappeler que le but d’une publicité, c’est de vendre le produit dont il est question. Je crois que ce fait l’UFC, c’est déresponsabiliser totalement les parents, qui une fois de plus (ça devient récurrent sur tous les sujets) ne font pas leur boulot de parent (situation sociale très difficile certainement). Ce sont quand même bien eux – bordel !- qui achètent ces produits, qui pourrissent la santé de leur gosse ?!

C’est pas de la faute des industriels, ils ne vont pas passer les pubs pour les dernières Kellogg’s juste après le JT ! C’est aux parents d’arrêter les conneries, et d’acheter ce dont ont vraiment besoin les enfants, et ça peut être des sucreries, mais pas n’importe lesquelles, et pas dans des proportions gargantuesques.

Si les gamins ne sont pas capables, malgré le nombre de spot de prévention qu’on leur balance dans la tronche, que bouffer McDo et Snikers toute la journée, c’est la voie la plus rapide pour une santé de merde à 20 ans (en plus d’un taux de réussite proche de 0 pour la drague), c’est aux parents d’agir. Et pis c’est tout !


(Sinon, la question de Romain a déjà beaucoup de réponses, que je vous invite à lire)

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

6 réponses à “Ne mange pas

  1. Pingback: Tweets that mention Ne mange pas | 100 000 V -- Topsy.com

  2. Ouais t’as raison, et puis c’est pas en bouffant 1 ou 2 trucs industriels au goûter que le gamin deviendra obèse. Faut surtout voir les quantités, la fréquence, le grignotage, …
    Tu vas voir qu’ils vont nous fourguer du light aux gosses bientôt et tout ça à cause de quelques familles de gorets qui s’en foutent plein la panse. Arf

  3. …Et puis d’ailleurs la famille de goret elle fait ce qu’elle veut, merdalo. C’est quoi ce délire ? C’est encore un truc de Kouchner ? De l’ingérence alimentaire ?

  4. sur un blog de maman, y avait la photo d’un goûter : bonbons haribo, Mars, Cookies, et autres friandises… Z’ont rien compris…

    • ValLeNain

      ça change de brioche – confiture, c’est sûr… mais c’est tout la faute des industriels, jamais au grand jamais on n’osera dire que les parents font mal leur « boulot » de parents (bon je suis mal placé pour parler c’est sûr).

  5. Rien à dire de plus… Ce sont les parents qui font les courses, avec leur argent, donc c’est à eux de décider de ce que mangent leurs enfants 😉
    J’hallucine souvent de voir certains chariots en caisse des supermarchés, de familles visiblement ayant du mal à joindre les 2 bouts: bouteilles de soda en pagaille (l’eau du robinet, éventuellement filtrée, les remplaceraient avantageusement); pains au chocolats industriels bourrés de cochonneries (un morceau de pain et 2 carrés de chocolat? ce serait mieux et moins cher), les paquets de bonbons (inutiles), de chips, les plats surgelés… bref, je pense que même avec un petit budget, on peut faire facilement mieux, et que ce n’est donc pas une excuse. Ceci dit, le prix des produits « sains »: fruits, légumes, produits bio, produits laitiers, viande, et poisson et céréales dans une moindre mesure, est scandaleux (surtout en rapport de ce qui est reversé au producteur, mais c’est un autre débat).