Science sans conscience…


… n’est que ruine de l’âme ! Rabelais l’avait remarquablement bien formulé, l’a-t-on écouté ? Voilà la question de ce billet.

Car derrière la surconsommation tant décriée et qui caractérise si bien notre société se cache aussi un phénomène inquiétant qui pourtant ne fait pas réagir les foules plus que ça : le pouvoir du Savoir !

Certes, on pourrait se laisser penser que la science n’a finalement plus son mot à dire, le monde étant régi par des politiciens tout plus incompétents les uns que les autres, eux-mêmes soutenus par de vilains patrons et banquiers égoïstes soumis aux dures lois du marché mais n’oublions pas que derrière un produit, il y a eu un scientifique ! Ces hommes de l’ombre qui jouissent d’une image de gardien du Savoir, et d’homme dévoué à la quête de la vérité. Les contes de fées… doivent être analysés ! Car quel est-il le pouvoir de la vérité aujourd’hui ?

On peut tout d’abord se demander, mais l’a connait-on seulement ? Il n’y a qu’à voir le précédent billet pour se rendre compte que sur un sujet tout à fait scientifique, les chiffres divergent, et la soi-disante vérité absolue n’est qu’une affaire d’opinions. Et c’est bien LA raison qui devrait inquiéter les gens aujourd’hui, peut-être la plus grande question de ce siècle et de ceux à venir, peut-on faire confiance à ces scientifiques, à cette élite pleine de bonne volonté et de qualités morales reconnues, ces sauveurs de l’humanité ?

Il y a de ça quelques siècles justement, un combat similaire existait, celui entre la vraie vérité et le mensonge que l’on veut faire passer pour vérité : je parle du combat entre la Science et la Religion. Il y avait des scientifiques dans les deux camps, certains totalement enchaînés à la volonté de l’Eglise, et d’autres plus libres, et plus persécutés ! Nicolas Copernic, l’Homme qui prouva par A + B que la Terre tournait autour du Soleil, remettant ainsi en question le fait que l’être humain puisse être le centre de l’univers (thèse si chère à l’Eglise), en est le symbole !

Revenons donc à nos jours. Aujourd’hui, il existe deux grandes classes de scientifiques : les chercheurs et les travailleurs. Ne faites pas des bonds sur votre chaise, les deux travaillent ! Je ne suis pas de ceux qui voient les chercheurs comme ceux qui cherchent mais ne trouvent rien ! J’appelle seulement les travailleurs, les scientifiques au service de l’industrie et du monde du travail. Ces « travailleurs » sont en fait des scientifiques qui utilisent ce qu’ont découverts les chercheurs pour en faire des produits et des services qui agrémenteront notre vie. Leur travail consiste en quelque sorte à appliquer les théories et les principes qui régissent notre planète pour créer ! En soit, ils ne sont pas bien méchants, on peut se demander si tout ce qu’ils créent est vraiment utile, bénéfique et s’ils réfléchissent un peu sur le long terme pour leur inventions (parce que dans les joujoux qu’ils conçoivent, il y a notamment des armes, des centrales nucléaires, et des propagateurs-de-cancer). Ceux-là me dérangent moins, ils agissent bêtement sous l’impulsion d’un mode de vie qui a fait de la nouveauté une quête absolue rendant la quête de l’anneau presque facile !

Frodon et l'Anneau Platinum Edition

- Jetez le M'sieur Frodon ! - Un anneau Platinum Edition tout neuf ? pas fou non ?!

Par contre, ce sont ces chercheurs qui me dérangent… Eux sont bien souvent sous la houlette des états et leurs travaux sont dirigés pour servir les intérêts d’organisation à la morale douteuse. Ces gens qui sont considérés comme ceux qui détiennent la vérité sont des hommes corrompus par le système tout autant que nous, leur but leur est dicté par un directeur et ce que l’on sait de leur travail, c’est ce qu’ils veulent bien nous en dire ! Pourquoi est-ce que cela devrait vous faire réagir ? Parce que l’Homme est tout bonnement en train de penser qu’il dirige la Terre ! Le savoir qu’il a accumulé tout au long de ces centaines d’années de progrès fait de lui un être redoutable et puissant, si bien que rien ne peut réellement se mettre en travers de son chemin (quelques volcans parfois…), et le rend surtout persuadé d’avoir le contrôle. Or, je pense qu’il n’y a rien de plus dangereux que penser avoir le contrôle quand on ne l’a pas. Pour moi, l’univers est un système d’équations dont le nombre d’inconnues tend vers l’infini enrobé dans une interface graphique et sensorielle. Plus l’on résout d’équations, plus on se rend compte qu’il y en a ! Malgré les beaux discours que l’on peut avoir dans les écoles, la Science ne se remet pas tant que ça en question, en tout cas je n’en ai pas l’impression, et cela est très certainement dû au fait que ceux qui utilisent la science ne veulent pas de remise en question (comme la religion à une certaine époque). Moi-même qui suis en école d’ingénieur, on nous apprend à utiliser des théorèmes, on nous apprend comment l’on doit raisonner, on nous dicte comment l’on doit trouver la vérité… On acquiert des automatismes dans la réflexion qui n’en est plus vraiment une mais plutôt un protocole à suivre. Mais cette vérité n’est que ce qu’on pense être vrai à cet instant t, elle n’a rien d’intemporel ! Imaginez donc que les bases sur lesquelles on fonde notre société soient inexistantes, inexistantes dans le sens que l’univers n’est pas du tout régi par les lois que l’on a  formulées mais qu’il les vérifie par hasard sur cette période de temps ? Loin de moi l’idée d’être contre le progrès, je me demande simplement « est-ce que le monde sait ce qu’il fait ? ». Comment être sûrs que ce qu’on nous apprend est juste, et que ce n’est pas, comme beaucoup d’autres choses, de l’information manipulée ? Et si par abus de confiance, l’Homme se dirigeait vers les plus monumentales catastrophes ? Et si la société avait tout bonnement pervertie la science au point que l’on ne cherche plus la vérité absolue, mais la vérité que les gens veulent entendre ?

Beaucoup de questions sur lesquelles j’aimerais connaître votre avis. En espérant que l’humanité ne joue pas avec le feu sans savoir qu’il est brûlant…

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

6 réponses à “Science sans conscience…

  1. fred

    La science ne serait que mensonge ? Je ne crois pas non. Je ne m’emmerde même plus à apprendre ces foutus théorèmes, mais je ne remets pour autant pas en question les praticiens et théoriciens qui ont prouvé l’existence de ces lois. Certes, dans un univers où les variables de base (masse de quark up, vitesse de la lumière, constantes de planck) seraient différentes, tout ce qu’on a serait faux. Mais dans notre univers, on tente d’avoir un tout cohérent. Ça commence par la mécanique de Newton. Ça s’étend à la relativité, restreinte, puis la relativité générale. Puis on peut rassembler les forces électromagnétiques et la force nucléaire forte en une, puis on pourrait par miracle y ajouter la force nucléaire faible, puis on rêve d’y ajouter les forces gravitationnelles. Les scientifiques font ce qu’ils peuvent, mais pour l’instant ils sont loin de tout ça, et autant ils peuvent mentir vite fait au grand public, autant ils ne vont pas me faire croire qu’ils ont unifié toute les forces il y a une semaine de cela.
    « Chercheurs », « Travailleurs » ?
    En gros tout scientifique n’étant pas chercheur est un travailleur ?
    Ce sont les chercheurs qui vont avancer les choses. Payés par l’état, payés par de grosses entreprises privées, ils font bien ce qu’ils veulent, tant que ça reste légal. Ça présente surement un intérêt lucratif et/ou écologique/humanitaire/rigolo, en tout cas parfois.
    Les travailleurs, ils font ce que leur demandent leur patron, ouais.
    Bref dans les deux cas, je ne vois pas le diable, je ne vois pas une gangrène de la société, je ne vois que le monde. Puissent les chercheurs le faire avancer. Puisse l’avancement ne pas nous mener à notre perte. Pour que j’en arrive à écrire ces lignes depuis un système complètement libre, pour que ce système envoie par onde ces quelques lignes jusqu’à ma Box, pour que ma box fasse transiter ces données jusqu’au serveur wordpress.com en passant par ceux de mon FAI, je me dis que les scientifiques ne sont pas qu’une bande de connards sans conscience. La preuve, on peut parler de ça en tout quiétude. En France, tout du moins ;). Pour l’instant, tout du moins…

  2. ValLeNain

    Intéressant point de vue qui proposerait donc que puisque ça marche, c’est que c’est bon.
    Partons donc dans un délire cinématographique. Imaginons que nos bons hommes, poussés par une curiosité sans égale et une soif de découverte intarissable, aient découvert la vraie intelligence artificielle, qu’ils en auraient même perdu le contrôle au point que les machines règnent désormais en maître. Pour que leur existence soit plus simple, elles auraient fait croire à l’homme qu’il continuait de vivre son existence normale comme avant alors qu’elles s’en serviraient de piles. L’homme serait immergé dans un monde virtuel, tout à fait faux, mais qui pourtant lui conviendrait bien mieux que la réalité. La cuillère n’existe pas, mais ça nous arrange de croire qu’elle existe.
    Et si c’était ce qu’on vivait ? Nos bases sont peut-être fausses mais comme ça a plutôt l’air de marcher, on fait comme si on ne s’était pas trompé… Si on se contentait d’une fausse vérité par intérêt ? Si les chercheurs n’ont pas le contrôle sur ce qu’ils font, ils ne nous le diront pas, et les scientifiques « travailleurs » qui vont appliquer toutes ces lois dans notre vie de tous les jours pourraient bien tout foutre en l’air, parce que eux encore moins que les chercheurs ne remettent en cause nos bases…

  3. fred

    Bah quand on a vu le film on voit bien que certaines personnes, effectivement, préfèrent la matrice à la réalité ;).
    L’exemple est pas bête car dans le domaine de l’intelligence artificielle, toute avancée est saluée et jamais critiquée. Franchement, créer une conscience, difficile d’y croire. Paraîtrait que c’est possible. Enfin, de là à ce que ça arrive, déjà, et de là à ce qu’elle nous anéantisse tous… Fin bref. C’est pour ça que les états mettent pas de veto sur ces recherches.
    Ce qui est pas le cas de certaines recherches sur la génétique. Ou sur d’autres thèmes j’imagine.

    « Puisque ça marche, c’est que c’est bon ». Cette affirmation généraliste est clairement fausse. Pour autant, le point de vue que je défends, c’est celui selon lequel tout n’est pas systématiquement faux ^^. Nos modèles actuels de physique sont incomplets, on le sait. Les lois de Newton qu’on pensaient exactes ne l’étaient pas. Ce sont les scientifiques qui ont fait avancer les choses, et qui le feront encore, j’espère…
    Il ne faut pas leur faire confiance aveuglément, ça non. Tout comme on peut lire le journal et se poser des questions sur la pertinence d’un article. Mais, y croire, ce n’est pas un crime.

  4. Je ne pense pas que la science puisse faire fausse route. Ce qui donne l’impression de cacophonie généralisée est plutôt la vulgarisation médiatique très orientée en fonction des tendances, des choix politiques, etc. En gros, un journal ou un politique veut rebondir avec une info ou une proposition démagogique, il choisit son sujet (les dangers du méthane évacué par les ruminants par exemple) et entreprend une lecture partisane de travaux de recherche qui iraient plutôt dans le sens qu’il veut donner à l’article ou à sa déclaration politique. S’ensuivent alors des déclarations affirmant le contraire de ce qui a été évoqué, à l’aide d’autres études toujours interprétées un peu à la carte…
    Tout ceci participe d’une communication politique et médiatique qui n’a rien à voir avec la science qui là est instrumentalisée. Après il y a toujours les batailles d’expert scientifiques et il y en a toujours eu, (Edison pro-courant continu vs Tesla pro-courant alternatif)…Mais au final l’expérimentation scientifique démontre telle ou telle théorie, c’est une pierre de plus dans la connaissance scientifique dont les fondations sont je pense inébranlables car elles reposent sur des bases saines.

  5. Peut être, mais les bases saines que tu pense inébranlables sont basées sur des axiomes, quelquechose qu’on ne peut ni démontrer ni même expliquer pourquoi on a choisit cet axiome plutôt qu’un autre. Apparemment, pour l’instant, on peut dire qu’on les a pas trop mal choisi ces conventions, puisque j’ai un toit plutôt stable au-dessus de la tête, et que je dois bien ça à la science. Mais par exemple en mathématiques, Gödel a démontré que certains théorèmes étaient impossible à démontrer, ou que même, on pouvait aussi bien démontrer une chose et son contraire; ça montre bien là les limites de la science.
    Alors finalement, est-ce que nos bases sont si bien que cela? Je n’en ai aucune idée, c’est bien trop complexe pour moi ^^ .

    Cela dit, la science à pour but (outre d’assouvir la curiosité de certains) de profiter à la population et de leur rendre la vie plus belle si j’ose dire (aller, j’ose). Pour l’instant, elle a plutôt réussi. Et même là où on pourrait dire qu’elle a échoué (développement des armes par exemple), je ne dirais pas que c’est la faute des scientifiques, enfin de ceux que j’appelle scientifique. Je m’explique: prenons l’arme pour exemple. Il faut bien faire la différence entre celui qui a découvert qu’une explosion peut projeter un objet, et celui qui s’est dit qu’on pourrait tuer un homme avec ça. C’est peut être un peu manichéen, mais pour moi, plus que l’avancé technologique, c’est l’utilisation de cette technologie qui doit être redoutée.

    • ValLeNain

      Je suis bien d’accord avec toi, c’est l’utilisation des sciences qui pose problème, dans les deux cas qui m’intriguent.
      Cas 1 – Le progrès scientifique peut être aisément détourné à des fins pas très nobles, finalement c’est celui qui me dérange le moins, l’Homme est comme ça, il fait la guerre + il évolue = la guerre et les armes évoluent…

      Cas 2 – On applique ce qu’on a découvert dans notre vie de tous les jours, on est submergé par ces applications, si bien que si elles étaient fausses, on pourrait bien un jour se le prendre sur le coin de la tête, notre toit ! Il faudrait être sûrs que les « chercheurs » fassent pas de bêtises pour que les « travailleurs » fassent pas sauter le monde