Je suis Français – Moi non plus. Part. I


Je n’aurai tenu que deux jours avant de parler de mon sujet préféré et qui fait très certainement le plus polémique : l’identité nationale. (Identité Nationale ? Ma main à couper que ça va encore tourner autour…). Je voulais l’aborder par un tout autre angle de vue que celui que je vais vous présenter mais c’est H16 (encore lui oui) qui m’a proposé très involontairement un angle d’attaque qui a le mérite de nous mettre en face d’une réalité à laquelle nous sommes directement confrontés. En effet, il a écrit un article à propos d’une fraude d’un nouveau genre : une sorte d’assurance pour payer les amendes des transports en commun.

Explications : des gens se réunissent pour former une sorte de mutuelle en payant mensuellement une maigre somme d’argent (dans l’article en question, 5 ou 7 euros) formant le pot commun. Pot commun utilisé par ceux qui tomberont par malchance sur des contrôleurs qui exigeront (quelle bande de méchants !) d’eux une amende ! Selon eux c’est une manière de militer pour la gratuité des transports publics qui devrait être aussi légitime que celle de l’éducation et de la santé (vous m’expliquerez comment l’on peut mettre les transports publics au niveau de domaines aussi primordiaux que la santé et l’éducation ?!)

Ce qu’il faut en retenir : à cause d’un dysfonctionnement du système, ici on peut penser que les amendes ne sont pas assez chères et/ou les contrôles pas assez nombreux puisqu’il est plus rentable de ne pas payer, des personnes s’organisent pour en profiter malhonnêtement. Je comprendrais que ça vous fasse sourire, étant moi-même plutôt d’esprit à profiter honteusement des vices du système, mais il y là pour moi un problème de fond. Car outre l’infraction que cela représente, il y a à mon goût un sérieux problème de solidarité nationale, de patriotisme peut-être. Mais attention, loin de moi l’idée de partager cette notion de solidarité avec cette mouvance politique qui prône une entraide internationale utopique de bisounours, je parle d’une solidarité pour le bien du pays donc pour ses habitants, la fameuse fraternité de notre si belle mais si oubliée devise !

On arrive donc enfin au cœur du problème, les Français… ne se revendiquent pas Français, ne se sentent plus français. Il faudrait pourtant que chacun revendique fièrement apporter son honnête contribution au système qui en échange apporte aussi son aide. C’est en pensant aux autres concitoyens qui s’activent tout comme nous à aider le pays que nous avancerons. Utopique ? Je ne pense pas. Mais c’est ce qui manque cruellement à la France, c’est pour cette raison que je ne pense pas que le débat sur l’Identité Nationale lancée par notre ministre de l’Immigration Eric Besson était si inutile que ça. Ceux qui l’ont habilement noyé dans l’œuf savaient certainement les répercussions d’un tel débat : il y allait avoir du grabuge au sein du peuple français, la question n’étant pas Comment sait-on qu’on est Français mais Ne faut-il pas se revendiquer Français pour s’en sortir ? Je développerais dans un second article plus polémique cette idée qu’il faut une culture commune aux Français, une véritable fraternité (Si Madame Royal voulait bien se faire discrète par contre) entre les Français pour pouvoir remettre le système d’aplomb car ceux qui ne veulent pas apporter leur pierre à l’édifice ne devraient pas avoir la conscience tranquille. « S’il y en a que ça gêne d’être en France, je le dis avec le sourire mais avec fermeté, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas ». Et si M. Nicolas Sarkozy avait raison ?

La devise française

Publicités

26 Commentaires

Classé dans Éclairs orphelins

26 réponses à “Je suis Français – Moi non plus. Part. I

  1. Wito

    C’est du grand délire… On a pas besoin d’être fier d’être français et d’aimer la France pour être solidaire et fraternel. Ton problème est que tu es obnubilé par cette notion de pays, qui n’est en fait qu’une invention de l’homme qui crée pas mal de problèmes notamment à cause de cette fierté et de cette intolérance vis à vis des autres. Cessons de faire les hypocrites, nous ne sommes pas obligés d’aimer les français, et heureusement…

    • ValLeNain

      Et bien, je n’ai pas été aussi radical il me semble. J’ai dit que, peut-être sans parler de « fierté d’être Français » (ce que tout le monde considère comme un infâme sentiment d’extrême-droite, c’est vos ancêtres qui doivent s’en mordre les os), parlons au moins d’une fraternité entre Français, la preuve bien marquée d’une solidarité nationale. Et si je pense que cela doit se dérouler au niveau du pays, c’est parce que c’est au niveau du pays que sont décidées les lois qui régissent nos vies. Permets-moi ce raccourci : les Français iront mieux si et seulement si la France va mieux. Je ne crois pas à une solidarité internationale car c’est une utopie que certaines ONG brandissent en se voilant la face, il n’y a rien qui puisse expliquer qu’une personne d’origine chinoise et une personne d’origine portugaise partagent un même élan de fraternité (la solidarité de l’espèce humaine est un mensonge à mon goût), leurs cultures sont beaucoup trop éloignées et marquées. (ce qui ne veut pas dire qu’il faut cracher sur les étrangers ! Pas trop de raccourcis quand même!)

      Et quand tu dis que nous sommes des hypocrites parce que nous aimons les Français, je suis tout à fait estomaqué de savoir que les Français disaient s’aimer ! Tout laisse à croire que c’est bien le contraire qui est en place !

    • Alex

      Actuellement nous vivons dans une Nation, un pays et partageons des valeurs avec ses habitants il est donc normal de soutenir ces valeurs et la notion de vivre ensemble Française ! Ceux qui ne sont pas d’accord avec les principes de la République, les valeurs et les devises n’ont rien à faire en France ! Moi j’aime la France, les Français, mes valeurs, mon hymne et j’en passe !

  2. Et si au lieu d’être fière d’être français, ne serait on pas fière d’être humain? Si au lieu de bannir les grandes gueules, n’essaieront pas de les écouter au moins une fois? Peut être que ceux-ci aiment profondément la France, et que justement ils agissent envers des idéaux qu’ils ne considèrent pas français. Après tout, le droit au transport peut être une valeur républicaine, la liberté d’aller où l’on veut. Car je te rappelle que la plus grande dépense des familles pour pouvoir user de la gratuité de l’éducation est le transport. Ne serait-ce pas là la solidarité dont tu nous parle, protéger des droits « aussi primordiaux que la santé et l’éducation »?

    • ValLeNain

      Bon nombre de conseils régionaux paient les transports publics (si ce n’est en globalité, au moins en grande partie), et je pense que les nourrices ou la cantine coutent plus cher aux familles que ces transports, mais bon, soit, que les transports scolaires soient gratuits (c’était le cas chez moi, je pensais que ça l’était partout).
      Par contre, le droit au transport comme valeur républicaine, je ne suis pas d’accord, la liberté de voyager oui mais pas que les transports soient payés par l’état.

  3. Glenou

    D’accord avec Wito sur la « fraternité » de la devise française : qui a dit que c’était seulement une fraternité entre « bons » français? C’est plutôt quelque chose d’universel et mettre ça dans le même panier que le patri-autisme est un peu douteux.
    Sinon, la gratuité des services de transports publics locaux (pas tgv, etc.) est quelque chose vers laquelle il va falloir se diriger non? Pour des raisons écologiques surtout.

    • ValLeNain

      Personne ne l’a dit, mais il me semble que c’est beaucoup plus accessible et bénéfique pour notre pays, donc pour notre propre intérêt. Je mets ça dans le même panier que le patriotisme il me semble que dans les deux cas, il s’agit de l’union des Français qui s’entraident (en fait la fraternité est engendré par le patriotisme).

      Quant à se diriger vers les transports publics locaux gratuits, je ne vois pas pourquoi, je ne vois pas en quoi c’est un devoir de l’état que de nous fournir un transport gratuit, il y a des choses qui m’ont l’air de relever du devoir des gens. Il n’y a pas tout le monde qui a accès à ces transports, ni qui a le besoin de les utiliser… Ecologiquement parlant, les développer serait une bonne chose, mais du fait que les gens paient bien pour leur voiture, ils peuvent payer pour les transports en commun (ce sera certainement moins cher en plus…)

  4. TomTom

    Bonjour à tous !
    Alors il y a bien des choses à dire sur ce débat autour de l’identité nationale, je commence au hasard par répondre à notre ami ValLeNain pour qui un chinois et un portugais n’ont aucune raison d’éprouver un quelconque sentiment de fraternité. Je pense au contraire que cela est possible, que la solidarité nationale comme tu le dis ne repose pas nécessairement sur un patrimoine culturel et des origines communs mais sur la volonté d’améliorer la santé d’une organisation (pays) afin d’améliorer son niveau de vie individuel.
    Aujourd’hui l’immigration est un fait inévitable et on le doit à ce système mondial qui créé des différences de richesse et de niveau de vie abérantes entre les régions du monde. Je pense donc que l’un de nos futurs grands défis sera d’apprendre à laisser de côté nos patrimoines culturels différents pour s’unir socialement.
    Cependant ceci ne sera possible qu’à condition de supprimer ou du moins de réduire les injustices sociales qui sévissent de nos jours. Allez essayer d’expliquer à quelqu’un qui galère pour bouffer tous les soirs que vous payez trop cher votre billet de train, et je ne parle pas des aberrations de plus au niveau comme celle d’ un Mr. Joyandet au hasard qui se fait payer un vol à 116.500 euros.
    Les inégalités sont le propre d’une société j’en conviens, mais pas l’injustice sociale.
    Il y a la place pour d’autres cultures et pour des immigrés qui pourraient être des moteurs de la croissance.
    Le vrai problème est donc de savoir comment les intégrer afin que tout le monde en profite. Et non comme l’a fait Eric Besson de faire une liste des critères qui font de nous des franchouillards pure souche.
    Et je répondrai à la citation de Mr Sarkozy en disant que peu de gens n’aiment pas notre pays, en revanche beaucoup remettent en cause ceux qui le dirige.

  5. ValLeNain

    Et bien mon cher Thomas… je suis plutôt d’accord avec toi et je m’en vais de ce pas te montrer en quoi cela recoupe mes propos 🙂

    Quand tu dis que la solidarité nationale est avant tout la volonté d’améliorer la santé du pays, c’est bien ce que je sous-entend quand je parle de « solidarité pour le bien du pays » et de contribution honnête au système. Mais il me semble que l’on a plus envie d’aider une organisation (un pays dans notre cas) lorsqu’on « sent » son appartenance à cette organisation, et dans le cadre d’un pays justement, ça se retrouve au sein du partage de la culture de ce pays. C’est pour ça que les étrangers ont tout à fait leur place dans un pays lorsqu’ils s’y intègrent et apportent tout aussi honnêtement leur pierre à l’édifice que des « pure souche ». Ce qui revient à dire qu’ils partageront, peut-être pas notre culture, mais sûrement nos valeurs et notre organisation (maîtriser la langue me semble par exemple une base indiscutable).

    L’immigration est effectivement due à notre système économique (aux politiques des pays du SUD aussi ne l’oublions pas…), seulement est-il sain pour un pays d’accueillir des personnes qui demandent de l’aide quand il ne peut même pas aider ceux qui y sont déjà ? C’est se voiler la face que de penser que l’on peut aider tout le monde, commençons tout d’abord à avoir des habitants qui se portent bien, nous aideront les autres ensuite, non ? Comment intégrer des gens lorsque nous n’en avons pas la capacité ? La France va mal, même si elle va bien du point de vue des pays africains, pour ceux qui y vivent, elle va mal !

    Enfin, peu de gens n’aiment pas notre pays ? Alors il faut se battre pour qu’il aille mieux (bataille politique j’entends), et ne pas lui cracher dessus ou le critiquer dans le simple but de le critiquer, et ce n’est pas ce qu’on voit…

    Il me semble avoir donc une vision similaire à la tienne ; je suis peut-être égoïste de vouloir le bien des Français avant les autres, extrémiste de penser que ceux qui profitent malhonnêtement du système doivent quitter le pays mais si c’est cela le patriotisme, alors je suis patriote et je l’affirme sans honte !

  6. TomTom

    Finalement nos opinions ne sont peut-être pas si différentes en effet, mis à part notre vision du patriotisme. J’ai l’impression que ‘on confond en ce moment patriotisme et communautarisme, que l’on voit les immigrés de ce pays comme des étrangers venant piller nos ressources et nous envahir de leurs cultures et de leurs religions.
    Mais les étrangers arrivant dans notre beau pays demandent à contribuer au fonctionnement de notre système, ils ne veulent pas d’aide.
    On se plaint de notre manque de compétitivité, on veut repousser l’âge de la retraite…. pourquoi ne pas mettre au travail tous nos chômeurs, immigrés compris?

    • ValLeNain

      Pourquoi ? Mais parce que qui en a envie aujourd’hui ? Quand employer un nouvel ouvrier est synonyme de haut-risque pour une entreprise (grandes firmes excluses), l’intérêt est alors plutôt de tirer le meilleur parti de ceux qui y sont déjà sans en employer d’autres, tout ceci parce que la réglementation en place n’est pas en faveur de l’emploi, elle bride l’ouvrier à une productivité de moins en moins compétitive (35H…) si bien qu’une fois le pour et le contre pesés, employer un nouvel ouvrier est un risque que ne peuvent se permettre les patrons…
      Il faudrait qu’un employer quelqu’un puisse réellement aider l’entreprise, et non aider juste l’employé !

  7. TomTom

    De quels risques parles-tu précisément ? Si c’est seulement un problème de réglementation on peut en changer, car une personne au chômage est un vrai poids pour la société. Augmenter le temps de travail de ceux qui bossent déjà tout en laissant une partie de la population dans la pauvreté ne fera qu’aggraver les tensions qui existent déjà.

    • ValLeNain

      Les risques ? le plus grave serait la faillite de l’entreprise bien sûr, mais peu de chance que ce soit la conséquence de l’emploi d’un petit ouvrier, par contre dans les risques plus réalistes dirons nous, il y a l’entrave du système de fonctionnement de l’entreprise niveau financier, en gros, ne plus pouvoir assurer les mêmes paies pour les autres, l’impossibilité de donner des primes, un budget plus restreint, etc. etc. L’intérêt d’augmenter le temps de travail, c’est rendre les gens plus « attractifs » pour un patron, ainsi employer un nouvel ouvrier sera plus intéressant car cela représentera une véritable hausse de productivité.

  8. TomTom

    Ah oui mais le risque est le même si on augmente la durée de travail de chaque employé, augmenter de 5h par semaine la durée de travail de 7 employés ou en embaucher un autre à 35h revient au même question salaire, peut-être moins cher même. Et la productivité augmenterait de la même manière, de ce point de vue.
    Alors je suis pas très calé sur le sujet donc il doit y avoir d’autres facteurs mais j’aimerais bien savoir lesquels….

  9. C’est pas non plus tout à fait pareil d’embauché 7 employé à 40h ou 8 à 35h. Aux niveau de l’assurance que doit porter l’entreprise à ces employés, les congés, etc…
    Mais en tapant ce message, je me suis dit quelque chose : au train où vont les choses, je ne pense pas que la France peut être compétitif face à des pays émergents comme la Chine où l’Inde à partir du moment où on exclut la possibilité de payer les ouvriers français avec une demi blanquette de veau par jour. Cependant, je me demande si le prolétaire chinois (les « esclaves » comme ils disent la-bas) ne va pas finir par se dire qu’il serait quand même mieux en France. Évidemment je ne te parle pas de délocaliser la Chine en France, mais si la Chine devient un pays plus « civilisé » comme dirait certain, peut être que le prolétaire se ferait plus chère. Et là, la France et ses acquis sociaux deviendraient compétitif, les élites réinvestirons, les industries reproduiront.
    Seul soucis, c’est que ça va pas se faire en 3 jours tout ça, et que ça ne change en rien au(x) problème(s) actuel(s). Mais réfléchie au fait que l’économie est en train de se mondialiser et que tu ne peut rien y faire.

    • ValLeNain

      Exactement, nous ne pouvons être pleinement compétitifs face à la Chine car nous ne voulons pas l’être ! (Et je clame haut et fort être de cet avis)

      Seulement, le temps que la Chine, ou plus que les Chinois, prennent conscience de leur conditions, prennent conscience qu’ils peuvent avoir mieux, voire même qu’ils peuvent faire sauter leur gouvernement, il va y avoir quelques années, et c’est durant ces années que la France doit s’orienter vers une productivité accrue si elle veut avoir toujours sa puissance économique après la « stabilisation » de la Chine.

      La Chine étant en pleine croissance, les conditions ne changeront pas dans l’immédiat. Gardons espoir qu’elles changeront plus tard, et brider la France aujourd’hui, c’est lui assurer un bien piètre avenir…

      • Oui mais c’est un peu ça le soucis, dans l’immédiat, avec une France brider ou non, je vois mal comment refaire venir des investisseurs chez nous.

  10. Sans répondre aux autres commentaires, si je résume : en gros, le fait de ne pas participer à la fameuse « solidarité nationale » pour remettre le système actuel debout (ou du moins l’empêcher de tomber complètement) fait de moi un non-français.

    Solidarité nationale ? Les quelques fameux « acquis sociaux » qui restent sont de plus démantelés par le nabot et sa clique.

    L’idée est belle, je le reconnais: solidarité dans l’optique d’améliorer les choses. Moi qui crache sans cesse sur l’individualisme croissant de la société ne va pas dire le contraire…Mais justement, pourquoi qu’entre français ? Ceci est lié à cette notion d’Etat-nation, qui a fait et qui continuera à faire des ravages.Oui, je fais parti de ces utopistes bisounours qui croient en une solidarité internationale possible, mais ça nécessite un changement de schéma de pensée!

    Bref, j’imagine que je suis confus, et je ne sais plus où je veux en venir. Toujours est-il que si critiquer le système en place (et agir en conséquence : la critique pour elle même est assez inutile!) revient à, finalement, ne pas faire preuve de solidarité franco-française, alors oui, je ne suis pas français et j’emmerde cette france, son drapeau et son hymne sanglant.

    • ValLeNain

      Ahah cette violence gratuite sur notre hymne commençait à me manquer ! Mais là n’est pas le sujet.

      Comme je le disais, je suis contre cette solidarité internationale car c’est pour moi une perte de temps, une perte d’énergie. Jamais les hommes ne s’entraideront car leurs histoire fait qu’ils ont été amenés à se détester (ça ne te paraitrais pas aberrant de demander à une personne juive d’être tolérante envers un nazi ? ce n’est peut-être qu’une situation limite mais il me semble que ça représente très bien la frontière qui peut exister entre les hommes). Du coup, on pourrait redescendre à l’échelle du continent, c’est un peu ce qui se passe avec l’UE, ou les organisations telles que l’ALENA, les Français ont par exemple très bien fait la paix avec les Allemands malgré les guerres, mais là encore, on en voit aujourd’hui les limites (décollage de l’Amérique du Sud quasi-inexistant à l’exception du Brésil, fiabilité de l’UE mise en doute avec la Grèce). Quand il y a trop de monde, ça ne marche pas.
      Alors descendons à l’échelle du pays, où cette entraide sera en plus encouragée par le partage d’une culture commune et surtout par le respect des mêmes lois (donc des mêmes conditions de vie quelque part, conditions de vie au sens autre que social).
      Je pense que vous fixez tellement une image négative du Français, en le cataloguant dans des clichés vieux le monde, que vous ne pouvez pas voir que c’est une identité qui permet aux gens d’être unis, et qui permettrais du coup de remettre le système d’aplomb…

      • C’est vrai que ça devient difficile de tous s’unir par tout dans le monde, et même avec les chinois, mais pourtant, c’est bien ce qu’on va devoir faire. Que tu le veuille ou non, l’économie est en train de se mondialiser. Et je ne pense pas que c’est en restant cloitré dans son pays avec ses compatriotes qu’on va faire avancer la France.
        La différence entre deux hommes est culturelle, et non naturelle. Ce sont des choix subjectifs décidé par l’être, et il faut savoir regarder ces choix, les comprendre et les accepter. Et c’est que comme ça que l’on pourra avancer: tous ensemble, pas chacun de notre côté.
        Qui plus est, le choc et le troc des cultures me tient particulièrement a cœur =).

  11. Rien n’empêche de faire une fédération de commune ou de communautés à l’échelle mondiale!
    Avec une économie relocalisée, et ce sans sombrer dans l’autarcie, on pourrait avoir des liens entre ces communes, notamment grâce à des outils de communication puissants.

    Après, j’ai rien contre la notion d’identité en tant que tel, elle est essentielle pour avoir des repères, mais l’identité comme repli sur soi je n’en veux pas!

    • ValLeNain

      Mais le monde est censé être une fédération de communauté, car chaque pays est censée être une communauté (la raison avancée par tous les groupes désirant leur indépendance est le fait qu’ils forment une autre communauté que celle du pays dans lequel il se trouve). Si ce n’est pas le cas, c’est que les pays ne sont plus des communautés, mais un regroupement de communauté (attention, pour moi être breton ou ch’ti c’est faire partie d’une sous-communauté -rien de péjoratif dans ce terme – de la communauté « française ») et là il y a un problème.
      Car c’est précisément ce que je prône, que les pays représentent des communautés, et qu’ils montrent et fassent découvrir leur culture, pas qu’ils l’exportent outrageusement chez les autres (comme le font les américains). Imagine que le monde soit une grande foire de la gastronomie où chaque pays fait découvrir sa culture comme le font en France chaque région dans ce genre d’évènement ? Ne serait-ce pas ça l’idéal ?
      Où est l’intérêt de mixer les cultures au point que les pays aient tous la même culture quand l’histoire a montré que les hommes évoluaient bien différemment ?
      Insultez moi d’utopiste, je vous remercierai !

  12. Ton couzz

    D’un point de vue purement économique, commencez, tous autant que vous êtes, par changer vos habitudes de consommation, ensuite vous pourrez revenir parler politique.

    • ValLeNain

      Je me permets de te demander… pourquoi ? Quelqu’un qui considérerait le système comme adéquat n’aurait donc pas le droit de parler politique ?
      Et puis il y a moment où quand on a été élevé dans un système de consommation, ça devient un réflexe de consommer, ce n’est peut-être pas une bonne chose, mais c’est ainsi.
      Par contre je suis d’accord sur le fait qu’il faudrait les changer, ces habitudes de consommation… le monde avec…

  13. TomTom

    les causes de la situation en Grèce ou en Amérique du sud aujourd’hui ne sont pas des différences de culture, mais la malhonnêteté d’une minorité dirigeante (pour la Grèce) et la libéralisation à outrance (pour l’Amérique du sud).
    Je rejoint Matthieu sur la possibilité d’une solidarité même sans culture commune, le meilleur exemple est pour mois les États-Unis.
    Le problème n’est encore une fois pas le nombre de personnes ou la diversité des origines mais la présence ou non d’une justice sociale qui fait défaut au système économique actuel.

  14. Val, je comprends de moins en moins tes opinions (ou du moins, tu sembles enfin abandonner une certaine provocation, donc ça me perturbe :p).
    Oui à une diversité culturelle et un échange…Mais cet échange passe aussi par l’immigration et la tolérance, et non par l’enfermement sur l’idée et la fierté d’une culture française immuable. L’échange n’implique pas au final une conformité et une morosité totale!

    Le monde actuel n’est pas une fédération de communautés (en fait, on parlera d’Etats pour le moment), loin s’en faut mais c’est un autre débat.

    @u cousin: qui te dit que certains ne le font aps déjà ?