Quand Kaamelott se moquait déjà de la sortie de l’iPhone 6

Vous prenez l’épisode 81 de la saison 3. Le mangonneau. Vous en regardez les 27 premières secondes. Alors que la keynote d’Apple qui se déroule en ce moment doit présenter le nouvel iPhone, vous serez étonné de voir qu’Alexandre Astier avait déjà tout prévu.

L’épisode ici.

Leodagan et son mangonneau dans Kaamelott

(c) Kaamelott

Commentaires fermés

Classé dans Éclairs au chocolat

Quelques paroles de De Gaulle

Emprunté à Didier Goux, un passage qui n’a pas pris une ride.

Entre Charles de Gaulle (CDG) et son ministre de l’information Alain Peyrefitte (AP)

CDG : « Il n’y a rien de plus déplorable que la gauche quand il s’agit de la France, en tout cas de la France au-dehors. D’ailleurs, vous n’avez qu’à relire l’Histoire. La gauche n’a pas raté un désastre. Avant 1870, elle a empêché le maréchal Niel de faire une armée qui aurait été à la hauteur de l’armée prussienne. Je me rappelle la gauche d’avant 14 ! Et la gauche du Front popu, qui s’est terminée par la capitulation : l’abdication de la République entre les mains de Pétain, voilà la gauche !
AP. – La droite n’a pas toujours été plus maligne.
CDG. – La droite est tout aussi bête. La droite, c’est routinier, ça ne veut rien changer, ça ne comprend rien. Seulement, on l’entend moins. Elle est moins infiltrée dans la presse et dans l’université. Elle est moins éloquente. Elle est plus renfermée. Ça se passe dans des cercles plus restreints. Tandis que la gauche, c’est bavard, ça a des couleurs. Ça fait des partis, ça fait des conférences, ça fait des pétitions, ça fait des sommations, ça se prétend du talent. C’est une chose à quoi la droite ne prétend pas. On a un peu honte d’être à droite, tandis qu’on se pavane d’être à gauche. De toute façon, les politiciens et les partis n’ont plus grand prestige. Ils n’entraînent plus le peuple.
AP. – Mais ils entraînent les journalistes, les dirigeants syndicaux, les dîners en ville, bref, la classe politique…
CDG. – Vous voulez dire la classe papoteuse, ragotante et jacassante. »
Montebourg trinque bouteille à la main

Commentaires fermés

Classé dans Éclairs moi de ta sagesse

En coup de vent sur Trierweiler

Merci pour ce moment livre de Valérie Trierweiler

Non pas que je sois passé dessus en coup de vent, j’aurais trop peur qu’elle sorte un livre sur moi.

Voilà, c’est de ça qu’il est question, de son dernier livre, qui livre (un livre qui livre…) quelques anecdotes sur sa vie à l’Elysée. Je ne l’ai pas lu et ne compte pas le lire.

Je m’étonne simplement qu’on puisse donner tant d’importance à l’oeuvre d’une femme qui s’est faite cocufier par le Président et qui est retombée dans l’anonymat aussi vite qu’elle l’avait quitté. Le monde (enfin surtout la France) s’émeut de l’utilisation par Hollande de "sans dent" pour désigner les pauvres. Il a sûrement dû utilisé l’expression trois fois dans un couloir pour rigoler, dans le cadre privé de sa vie privée. Forcément, la Trierweiler pleine d’amertume s’est jetée dessus comme la famine sur le tiers monde.

On ne devrait même pas y faire attention. On devrait la laisser au monde auquel elle appartient : l’anonymat le plus complet. J’ai bien conscience par conséquent que cet article ne joue pas en ma faveur, mais je ne suis plus à une incohérence près.

5 Commentaires

Classé dans Buzz l'éclair

L’OL premier non relégable après 4 journées

Après 4 journées, 3 défaites en Ligue 1 dont une à domicile, et une élimination en Ligue Europa avant même le début de celle-ci.

2 buts dans les dix dernières minutes auront permis aux Messins de faire taire l’ouverture du score de Lacazette (un des rares Lyonnais à bien négocier le début de saison) et d’accroître le malaise entre Rhône et Saône. "Fournier Démission" entonnaient en coeur les supporters sur Twitter, et la large défaite de l’ASSE contre Paris (5 – 0) ne viendra pas le sauver : l’OL part en cacahuètes !

Classement Ligue 1 1er septembre

(c) lfp.fr – classement au 1er Septembre 2014

Difficile de trancher entre mauvais coaching et joueurs à la rue, l’infirmerie jouant aussi certainement un rôle (9 blessés dont beaucoup de cadres) : l’OL ne marque pas et sa défense prend l’eau malgré les arrivées de Jallet et Rose (blessé…).

Enfin, et pour compléter un tableau déjà particulièrement coloré, Aulas y est allé de son petit grain de sel après l’élimination en Europa Lague : Danic étant clairement visé par le tweet du président, comme l’étaient déjà N’Jie et Koné sur le réseau de l’oiseau bleu.

Allez l’OL mais ça commence à faire long.

 

 

Commentaires fermés

Classé dans Éclairs sportifs

Lucy ou quand Luc Besson touche à des substances pas très licites

Lucy affiche Luc Besson 2014

Les critiques assassines sont souvent trop courtes à écrire et trop longues à lire. Je vais tacher d’être court.

J’ai vu Lucy au cinéma hier (à moitié prix, il est utile de le noter). Laissons le suspense de côté : le film est nul. Mais il convient de détailler pourquoi.

Un mot sur l’histoire sans trop spoiler : une fille en passe de devenir une machine, un trafic de drogue, une quête scientifique sur le chemin du savoir.

La critique de Télérama résume peut-être mieux que je ne pourrais le faire ce que j’en pense : "Petit conseil amical : que Luc Besson continue à filmer des poursuites, des complots et des règlements de comptes. Il est fait pour ça et c’est l’un des rares, en France, à le réussir aussi bien. Mais surtout, surtout, surtout, qu’il évite de penser."

Luc Besson s’emmêle entre deux scénarios (l’affaire de drogue et la pseudo-quête scientifique) sans qu’aucun des deux ne trouve de dénouement convaincant.

Scarlett Johansson Lucy Luc Besson

"comme ça j’ai l’air de savoir où je vais mais en fait pas du tout"

Les scènes accumulent les incohérences, malmenées par un Morgan Freeman benêt et une Scarlett Johansson faussement modeste, certainement trop contente qu’on lui confie le rôle de sauver le monde. Amusant, à chaque fois qu’elle passe pour intelligente (Her, Lucy), c’est dans un film.

Graphiquement, le film oscille entre du bon vieux Luc Besson sauce Transporteur, et du Matrix bas de gamme qui sent le E=M6 (oui l’émission). Rien de palpitant, et honnêtement, on se réjouit des scènes de baston qui apportent sans doute la seule distraction de ces 1h29 plates et mornes (heureusement, c’est court).

Scénarios sans queue ni tête, jeux d’acteur très médiocres et graphisme à côté de la plaque = film à oublier. 2/10. Par chauvinisme.

Et puis, les poursuites, les Chinois, la fille : ça rappelle quand même ce bon vieux Mozinor !

5 Commentaires

Classé dans Éclairs esthétiquement artistiques

Avec The Parisienne contre Le Parisien

The Parisienne contre Le Parisien

Déjà, "Parisien" en province ça ne sonne pas très bien. Alors quand en plus il s’agit de s’allier contre un grand de la presse écrite bidon comme l’est Le Parisien, c’est d’autant plus plaisant !

L’histoire en bref : le quotidien parisien demande l’abandon de l’url et 20 000€ de dommages et intérêts à une blogueuse parisienne qui a eu l’audace d’appeler son blog The Parisienne, faisant ainsi de l’ombre au géant.

L’histoire en détails sur The Parisienne.

Bien sûr, la blogosphère, notamment Korben et l’Hérétique, s’empare de l’histoire, et essaie de faire le peu qu’elle puisse faire : relayer le message, lui faire prendre de l’importance, jusqu’à ce que cela nuise effectivement à l’image du journal.

C’est Le Parisien Libéral qui doit se faire du soucis…

1 commentaire

Classé dans Haute-tension

Le petit-déjeuner ne fait pas maigrir les Américains

Petit déjeuner parisien café croissant paris breakfast

On m’a fait parvenir aujourd’hui un article remettant en cause les bienfaits du petit-déjeuner. Et j’y ai vu le parfait exemple de biaisage (les puristes m’excuseront le néologisme) intellectuel faussement scientifique.

C’est à lire chez Slate.

«Le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Tu ne devrais pas le rater.»

Une affirmation qui pourrait pourtant très bien reposer… sur du vent. Le New York Times relayait ainsi il y a quelques jours deux récentes études tendant à prouver que l’absence de petit-déjeuner ne suscite aucun problème physique particulier.

[...]

La première, réalisée par des chercheurs de l’université d’Alabama, consistait à répartir 300 volontaires cherchant à perdre du poids en deux groupes: l’un prenant religieusement ses petits-déj’, l’autre les sautant allégrement. Résultat: quatre mois plus tard, personne n’avait vraiment perdu de poids, et surtout, la sacro-sainte question du petit-déjeuner n’a eu aucune incidence sur l’expérience.

[...]

«La seule différence était que les personnes prenant un petit-déjeuner semblaient être plus actifs dans la matinée. [...] Contrairement à la croyance populaire, les volontaires sautant le petit-déjeuner n’ont pas pris d’énormers déjeuners et diners -mais ils étaient plus mous le matin.»

D’une part il a rarement été dit que c’était la quantité qui influençait le poids du mangeur. Maigrir étant un effort pour manger mieux, pas manger moins.

D’autre part, si les petits-déjeuners étaient à base de pancakes au sirop d’érable avec cookie et brioche, je doute en effet qu’il prévienne l’obésité.

Mais le problème est ailleurs et plus vicieux : il est posé en introduction que le petit-déjeuner ne serait pas le repas le plus important de la journée, quand les études montrent en fait que ne pas en prendre ne favoriserait pas l’obésité. On utilise donc des études (qui ne font pas très sérieuses si l’on se fie au résumé) pour affirmer quelque chose qui n’est pas leur sujet d’étude.

Simplifions un brin et il serait facile de démontrer qu’un carré est un rond parce que ce n’est pas un triangle. D’ailleurs, un carré est certainement un rond. Des études le prouveront.

(Le bienfait et l’importance du petit-déjeuner sont cachés dans le dernier paragraphe cité)

2 Commentaires

Classé dans Court-circuit